Brandao
Brandao encore décisif pour l'OM | AFP-HORVAT

Marseille élimine Bourg-Péronnas en Coupe de France

Publié le , modifié le

L'Olympique de Marseille s'est sans mal qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de France. La belle aventure de Bourg-Péronnas se termine sur une défaite 3-1. Brandao s'est une nouvelle fois montré décisif en réalisant un doublé en première période (28e et 45e), puis Jordan Ayew a triplé la mise (54e). Le FCBP a sauvé l'honneur en réduisant la marque par Diaby (78e). L'OM reste donc en lice pour décrocher une 11e Coupe de France. Le PSG joue à Dijon.

Le Stade Vélodrome était loin d’être plein en ce mercredi après-midi. Sans être palpitante, l’affiche du jour avait le mérite d’être originale. L’OM se préparait en effet à affronter une valeureuse équipe de CFA. Tombeurs au tour précédent de l’AC Ajaccio (3-2 après prolongation), les joueurs de Bourg-Péronnas jouaient décomplexés face à une équipe évoluant dans le haut de tableau de l’élite. Conscient du potentiel de cette équipe amateur, Didier Deschamps ne mettait pas vraiment en place une équipe B, bien au contraire. Hormis Mandanda et André Ayew laissés au repos, le tacticien marseillais avait aligné son équipe type.

Brandao encore décisif

N’ayant pas disputé la moindre rencontre en raison des nombreux reports dus aux conditions météorologiques, les Phocéens tardaient à mettre leur jeu en place. Deuxième de CFA (groupe B), Bourg-Péronnas tentaient de tenir la dragée haute à l’OM le plus longtemps possible. Un peu brouillons dans la construction des phases de jeu, les hommes de Della Maggiore restaient néanmoins efficaces d’un point de vue défensif à l’instar de Settaout. Après 25 minutes de jeu, les deux équipes se trouvaient toujours à égalité 0-0, et l’on commençait à se demander si il y avait de la place pour un miracle. Mais à la 28e minute, s’il restait encore une lueur d’espoir pour le petit poucet de la compétition, Brandao l’anéantissait en reprenant victorieusement un centre au millimètre d’Azpilicueta (1-0, 28e).

Sous le mistral, les Olympiens accéléraient le rythme, histoire d’asphyxier un peu plus leurs adversaires qui commençaient déjà à donner quelques signes de fatigue. Une nouvelle alerte était donnée, cette fois sur le côté gauche lorsque Rémy prenait de vitesse Benmeloucka, mais ce dernier parvenait à tacler brillamment l’international français. Deux minutes plus tard, et alors que le chronomètre affichait plus d’une minute au-delà du temps réglementaire, une feinte et le coup de rein d’Amalfitano laissaient sur place son vis-à-vis, le milieu de terrain adressait alors un centre sur un plateau pour Brandao qui réalisait le doublé (2-0, 45e + 2).

Bourg-Péronnas sauve l’honneur

La rencontre reprenait sur le même rythme, les Phocéens monopolisant toujours autant le ballon. Sur un tacle à la limite du carton rouge, Azpilicueta s’essuyait les crampons sur la cheville de Barbet. Après quelques minutes au sol, ce dernier finissait par se relever mais le défenseur de Marseille s’en sortait très bien. Et ce que craignaient les supporteurs du FCBP ne tardait pas à arriver, lorsqu’à la 54e minute, Jordan Ayew tentait sa chance d’une frappe tendue de 25 mètres (3-0, 54e). Pour la troisième fois, Callamand allait chercher le cuir au fond de ses filets. La messe était dite.

Devant un peu plus de 8800 spectateurs (qui avaient payé leur place 5 euros), les Burgiens tentaient bien de sauver l’honneur, mais c’était au contraire les Marseillais qui se procuraient l’essentiel des occasions, à l’image d’Amalfitano qui manquait de peu le quatrième but coup sur coup (70e et 71e). Finalement, Diaby réduisait le score d'une frappe du gauche à bout portant après s’être retrouvé sur la trajectoire d’un coup franc détourné par un défenseur phocéen (3-1, 78e). L’histoire de Bourg-Péronnas dans cette Coupe de France se terminait ainsi, et l’Olympique de Marseille, distancé en championnat, pouvait encore espérer décrocher une 11e Coupe de France.

Romain Bonte