Lyon va en finale

Lyon va en finale

Publié le , modifié le

Dans une demi-finale gâchée par le comportement trop véhément de certains joueurs corses, l'Olympique Lyonnais s'est qualifié pour la finale de la Coupe de France face à une équipe du Gazélec d'Ajaccio réduite à dix (4-0). Alors que les Ajacciens avaient bien débuté leur rencontre, faisant jeu égal avec les Lyonnais, ils ont perdu leur sang-froid après l'expulsion de Colinet et perdu le fil de leur demi-finale. L'OL disputera donc une deuxième finale cette année.

Avec un budget 150 fois plus important (150 millions d’euros contre un million), l’Olympique Lyonnais partait évidemment avec la faveur des pronostics face au Gazélec, deuxième de National. Le 4e de Ligue 1 devait toutefois se rappeler que ce même club corse avait éliminé l’OL en 32e de finale de la Coupe de France (0-0, 3-1 tab) mais c’était il y a 34 ans…Depuis, les temps ont bien changé notamment au niveau des budgets… Mais la magie de la Coupe de France permet encore d’assister à des exploits, et les joueurs de Dominique Veilex –qui jouent la remontée cette année- pensaient bien créer la grosse surprise de cette première demi-finale.

Après une première alerte sur ses cages dès la deuxième minute suite à une frappe lourde de Källström des 20 mètres, Rastello pouvait souffler un peu. Et c’était alors à ses coéquipiers de s’illustrer et de porter le danger sur les buts adverses. Bien servi dans la surface par Seymand, Colloredo pensait même avoir trompé Lloris d’une frappe en pivot, mais le poteau sauvait le gardien de l’équipe de France (10e). Trois minutes plus tard, c’était au tour de Briand de propulser le cuir sur la barre transversale. A l’image d’une belle frappe du gauche de Seymand, le Gazélec ne se démontait pas et donnait du fil à retordre aux Lyonnais, si bien que les esprits s’échauffaient un peu à la demi-heure de jeu après une faute de Koné sur Verdier.

De l'électricité dans l'air

Dominique Veleix (au micro d'Eurosport): "A dix  contre onze, c'était trop dur. On va mettre toutes nos forces pour monter en  Ligue 2. On va s'en servir. On est 2e du championnat, il faut positiver. Il faut qu'il y ait  quelque chose au bout de la saison."

A la suite de cette faute, ce même Verdier envoyait une sorte de missile sol-air qui transperçait le mur lyonnais et il fallait un Lloris très vigilant pour ne pas voir le Gazélec ouvrir le score. Mais alors que les Ajacciens tenaient la dragée haute aux hommes de Rémi Garde, Colinet commettait un geste aussi stupide que dangereux avec un tacle les deux pieds décollés sur Lacazette et recevait un rouge mérité qui laissait ses coéquipiers en infériorité numérique (39e). Juste avant la pause, un coup franc de Källström de 25 mètres heurtait violemment la barre, et les deux équipes regagnaient finalement les vestiaires sur ce score nul et vierge.

Les Corses perdaient clairement leur sang-froid et continuaient de chahuter les Lyonnais dans les couloirs, et il en était de même avec certains membres du staff. On était à ce moment bien loin de l’image que le sport est censé véhiculer… Après avoir été calmés par leur coach, les Ajacciens repartaient du bon pied dans cette demi-finale. Ils ne répondaient plus à la provocation des Lyonnais, se replaçaient après chaque contact, et manquaient de peu d’inscrire le premier but sur une nouvelle frappe sèche de Verdier qui trompait bien Lloris, mais qui heurtait le montant gauche du gardien lyonnais (47e, 0-0).

Une fin de match difficile

Clément Grenier: "Je suis content. C'est mon premier but avec les pros. Ca n'a pas été facile, on a été patients, et on a su imposer notre jeu. Ce  n'est pas donné à tout le monde de faire deux finales dans une saison. C'est  magique. J'espère remporter mon premier titre, puis mon deuxième."

Les Diables Rouges montraient un visage plus posé et cela profitait au spectacle. Les 10 000 spectateurs appréciaient et pensaient assister au premier but ajaccien lorsqu’à la suite d’une mauvaise relance de Lovren, Verdier tentait sa chance côté fermé, alors qu’une passe en retrait pour Colloredo aurait probablement changé la donne (58e)… Même si ils avaient déjà en tête leur finale de Coupe de la Ligue (samedi prochain face à l’OM), les Rhodaniens inscrivaient finalement le premier but de la rencontre après qu’une frappe de Briand repoussée par Rastello, était reprise triomphalement par Lacazette (1-0, 59e).

Déjà réduits à dix, les joueurs corses sentaient que le match allait être de plus en plus éprouvant physiquement, et en toute logique, Lopez doublait la mise pour Lyon (2-0) à un quart d’heure de la fin du temps réglementaire. Une bévue du malheureux Rastello, jusqu'ici irréprochable, permettait à Grenier, à peine entré en jeu d’inscrire le troisième but à dix minutes du coup de sifflet final (3-0, 80e). A une minute de la fin, Gomis inscrivait le quatrième but et provoquait bêtement les Corses. Cette demi-finale prenait fin sur ce score relativement sévère de 4-0. L’OL jouera donc deux finales cette saison, en Coupe de France contre le vainqueur de Quevilly – Rennes et en Coupe de la Ligue contre l’OM.

Romain Bonte