joie Marvin Martin Sochaux VS Paris FC Coupe de France 01 2011
La joie du Sochalien Marvin Martin | AFP - SEBASTIEN BOZON

Logique respectée pour Sochaux

Publié le , modifié le

Sochaux a fait respecter son rang, vendredi soir, dans un stade Bonal vide et glacial, en battant 2-1 le Paris FC, formation de National, pour le compte des 16e de finale de la Coupe de France. Pas de miracle donc pour les Parisiens qui croyaient pourtant en leurs chances après avoir sorti Toulouse au tour précédent.

"Quand on affronte une équipe qui évolue dans une division inférieure, les plus grands dangers sont le manque d'attention et l'excès de confiance. On pense toujours que cela finira par passer", avait prévenu Perquis avant la rencontre. On se souvient en effet de la désillusion des Sochaliens qui avaient chuté face à Bastia au stade Bonal (0-2) - un autre club de National - lors des seizièmes de finale de la Coupe de la Ligue. Ce soir, au vu de l’entame de match, on était en droit de se demander si les hommes de Francis Gillot avaient bien retenu la leçon tant le jeu était mou et sans panache. D’autant qu’avec une seule victoire sur leur cinq dernières rencontres, les Sochaliens avaient définitivement besoin de se remettre sur les rails en décrochant un résultat sur ses terres. Il fallait attendre la 40e minute pour voir les choses s’accélérer. Modibo Maïga profitait d’une perte de balle de Vandenbossche pour filer vers les buts parisiens et armer sa frappe des 20 mètres. Une frappe qui trompait Cheikh N’Diaye et permettait aux locaux de prendre l’avantage (1-0).

Après la pause, les Parisiens payaient de nouveau leurs faiblesses défensives. Maïga, à la limite du hors-jeu, partait dans le dos de la défense et servait parfaitement Marvin Martin au point de pénalty. Ce dernier fusillait alors N’Diaye du droit, à la grande joie des rares supporters qui avaient accepté de braver le froid doubiste (2-0). Piqués au vif, les Parisiens allaient ensuiet pousser pour revenir au score. Et leurs efforts étaient récompensés un peu après l’heure de jeu grâce à une réalisation de Youssouf Touré (2-1). Les joueurs de la capitale manquaient toutefois l’égalisation par Lala dont la frappe, un peu trop molle, était interceptée par Cros (84e). La rencontre se soldait donc par une victoire de Sochaux, première équipe qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe de France.

Isabelle Trancoën