Eden Hazard - Nice Lille
Eden Hazard a fait une entrée décisive à la demi-heure de jeu | AFP - VALERY HACHE

Lille s'envole pour le Stade de France

Publié le , modifié le

Lille s'est qualifié pour la finale de la Coupe de France, après avoir triomphé de Nice. Eden Hazard a débloqué la situation (44e) avant qu'Obraniak n'offre une passe décisive à Gervinho (46e). Le club de Rudi Garcia est le premier à valider son ticket pour la finale au stade de France, la première depuis 1955. Mercredi, Angers et le PSG se disputeront le deuxième billet (20h30).

La Coupe de France a respecté sa tradition. Comme souvent dans les oppositions d'un soir, la hiérarchie établie par le championnat a été mise à mal. Mais l'espace de 45 minutes seulement. A Nice du stade du Ray, les locaux ont ainsi un temps bousculé le leader de L1 lillois avant de céder et de s'incliner (2-0). En tête du championnat et finaliste de la coupe de France, les coéquipiers de Moussa Saw ont confirmé être l'équipe forte cette saison. Surtout, ils se rassurent après deux sorties en championnat manquées. La première face à Monaco (1-0) et leur match nul contre Bordeaux (1-1). Nice, qui était sur une série de huit matchs sans défaite quitte la compétition avec les honneurs. A la clef, les Sudistes se sont offert en 16e de finale le scalpe prestigieux de l'Olympique lyonnais arrêtent leur beau parcours.

Si le résultat est logique, le match n'a pas répondu à toutes les attentes de spectacle. Avec un schéma de jeu trop défensif, les Niçois ont cherché à évoluer en contres et se sont heurtés au réalisme des Dogues. L'ancien niçois, Florent Balmont, n'a pas profité longtemps des retrouvailles avec son public après s'être claqué à la demi-heure de jeu. Remplacé par Eden Hazard, le coaching de Rudi Garcia fut payant puisque sur l'un de ses premiers ballons l'attaquant belge débloquait la situation (44e). Après un une-deux avec Obrianak, le prodige belge trompait Letizi d'une frappe en force.

Au retour des vestiaires, le ciel allait une nouvelle fois tomber sur les joueurs d'Eric Roy. Sur une ouverture d'Obrianak, Gervinho dribblait Letizi pour sceller le sort du match.
19e attaque de Ligue 1, Nice allait alors se ruer à l'attaque pour inverser le cours du match après ce deuxième coup de massue. A la 55e min, les rouge et noir allait pourtant toucher du bois sur une tête décroisée de Mouloungui. A l'heure de jeu, il manquait son extérieur du pied devant Landreau sur un beau service de Mounier. Puis, arrêtait sa course en se croyant hors-jeu… La chance avait choisi son camp au stade du Ray. Les Niçois auraient mérité de revenir au score mais paye son imprécision offensive. Lille retrouve donc le plaisir d'une finale de Coupe de France, 56 ans après son dernier titre.

Les réactions :
Lionel Letizi (gardien de but de Nice, au micro d'Eurosport): "C'est dommage de finir comme ça (il prend sa retraite à la fin de la saison et a peut-être joué son dernier match, ndlr). Lille mérite sa victoire. Ca ne s'est pas joué à grand-chose. Ils ont une occasion à la fin de la première mi-temps, une au début de la deuxième et ils les mettent au fond.
C'est comme ça. Je suis content de ma carrière."
      
Rio Mavuba (milieu de terrain et capitaine de Lille, au micro d'Eurosport):
"C'est énorme. On a fait un gros match ce soir. On savait que ça allait être chaud, que les Niçois nous attendaient. On a fait le match qu'il fallait même si à la fin on aurait pu se mettre à l'abri. On aimerait gagner un titre cette saison, c'était l'objectif du club. C'est énorme pour les supporteurs lillois, ça fait longtemps qu'ils attendaient ça. Ce match a été difficile, les Niçois ont joué avec leurs armes, ils ont procédé en contre. On a bien su garder le ballon et on a mis des buts quand il fallait."
      
Mickaël Landreau (gardien de but de Lille, au micro d'Eurosport): "C'est une satisfaction d'aller au Stade de France, de vivre ça avec les supporteurs de Lille car ils attendaient ça. Le plus dur commence car c'est nouveau, il y a plein de choses à gérer et il va falloir surtout penser au match."