Doucouré Chambly
Lassana Doucouré, déjà buteur contre Strasbourg, guidera-t-il Chambly vers la finale de la Coupe de France ? | FRANCOIS LO PRESTI / AFP

Les Herbiers-Chambly : un destin "National"

Publié le , modifié le

Entre Les Herbiers et Chambly, clubs pensionnaires de National, c'est une place en finale de la Coupe de France qui se joue mardi à Nantes. Le vainqueur de ce match entre petits poucets affrontera la PSG ou Caen au stade de France.

La magie de la Coupe de France et la glorieuse incertitude du sport ont beau être des expressions galvaudées, elles ont frappé fort lors de cette édition 2018 en plaçant non pas un mais deux petits poucets dans le dernier carré de l'épreuve. Pourtant, les Herbiers et Chambly, englués dans les profondeurs du National, se sont extirpés de l'anonymat à force de talent et de courage et leur place en demi-finale de la Coupe de France ne doit rien au hasard. 

Comme Calais ou Quevilly, les exemples récents les plus marquants, Vendéens et Picards ne sont donc plus qu'à une marche du Stade de France, où les attendent le Paris Saint-Germain ou Caen, ainsi que 80.000 spectateurs. Autrement dit, le rêve d'une vie...

"Je ne vous dis même pas si on va en finale..."

Vainqueurs de Lens au tour précédent, Les Herbiers auront l'avantage de jouer "à domicile". Pour l'occasion, les joueurs vendéens évolueront dans un Stade de La Beaujoire dont les 35.000 places se sont écoulées en quelques instants. C'est dire l'engouement d'une région qui s'est éprise pour l'aventure des Rouge et Noir. "Face à Lens, les gens étaient venus pour faire la fête. Là, on est à un match du Stade de France ! " s'enthousiasme Pierre Germann, le capitaine. "Je ne vous dis même pas si on va en finale... Mais le piège, c'est d'écouter ceux qui nous disent qu'on est déjà en finale, alors que pas du tout."

"Il y aura une équipe de National en finale, c'est beau pour notre Championnat", note quant à lui Stéphane Masala, l'entraîneur des Herbiers. "Il y aura une finale à aller chercher. On a gagné 2-0 chez eux à l'aller, ils sont venus nous battre au retour (1-3). Ce sera très équilibré, on se connaît par cœur. J'ai beaucoup de respect pour ce club de Chambly et une pensée pour leur fondateur" (Ndlr : Walter Luzi, décédé le soir de la qualification du club oisien pour la demi-finale). Car le destin des Picard, lui aussi, est de ceux qui ont fait la légende la Coupe de France.

Cette étonnante équipe fondée en 1989 par la famille Luzi est venue à bout du RC Strasbourg (Ligue 1), triple vainqueur de l’épreuve, en quart de finale. Une performance remarquable hélas assombrie par le décès du père de l'entraîneur actuel du club. Nul doute que les joueurs pourraient trouver dans cette disparition un petit supplément d'âme susceptible de faire la différence. Pour Chambly, qui s'était déjà fait remarquer l'an passé en s'inclinant sur le fil en 1/16e de finale contre Monaco (4-5), l'histoire se poursuit. Et le club ne semble pas presser d'y mettre un point final. 

Chambly, une histoire de famille

Julien Lamotte