Nomenjanahary Malbranque Gonalons
Le Lensois Lalaina Nomenjanahary contourne le milieu de terrain lyonnais (Gonalons et Malbranque) | AFP - Jean-Philippe Ksiazek

Lens s'offre la peau de Lyon

Publié le , modifié le

Lens a réussi une sacrée performance en allant chercher sa qualification à Lyon (2-1 après prolongation) jeudi dans le dernier match des 8e de finale de la Coupe de France. L'OL avait pourtant toutes les cartes en main après avoir ouvert la marque, mais n'a pas suffisamment accéléré ni mis l'intensité nécessaire pour faire le break. Les Lensois se sont enhardis et ont su saisir leur chance pour s'offrir à la fois la peau de Lyon mais aussi le droit d'aller affronter Monaco en quarts de finale de la compétition.

A l'image des autres rencontres de ces huitièmes de finale, celle-ci a été âprement disputée, et son résultat a été long à se dessiner, avec deux équipes sur courant alternatif et des renversements de situations. La faute à des Lensois qui n'ont jamais abdiqué et sont allés chercher le droit de disputer une prolongation pendant le temps additionnel, avant de prendre l'avantage et de le conserver jusqu'au bout, bien que réduits à dix durant près de dix minutes.

Sans briller mais avec Briand

Lyon a indiscutablement un péché d'orgueil dans cette rencontre. Car les Lyonnais, appliqués et décidés, ont rapidement pris la maîtrise des opérations, et porté le danger sur le but d'Areola. Après une première alerte de Grenier, un centre de Miguel Lopes était repris et catapulté dans les filets lensois d'une tête piquée de Briand. Les Lyonnais semblaient alors avoir déjà le match en main. Ils se procuraient plusieurs autres occasions, mais par à coups, sans vraiment donner l'impression de vouloir forcer leur talent. Dans le même temps, les Lensois mettaient le nez à la fenêtre sur des contres, ce qui auraient du réveiller des Lyonnais de plus en plus amorphes.

Lens égalise sur le fil

Face à un OL de moins en moins brillant, dans une deuxième période plus hachée, les Lensois se montraient de plus en plus, en mettant du rythme, et en inquiétant Vercoutre à plusieurs reprises. La fébrilité défensive lensoise de la première mi-temps avait changé de camp et l'OL n'était pas toujours très à l'aise. Faute d'avoir su se mettre à l'abri, les Lyonnais se faisaient piéger dans le temps additionnel après une faute de Zeffane sur Coulibaly qui donnait lieu à un pénalty transformé par Valdivia.

Sang et Or...et courage

La prolongation, que sans doute aucune des deux équipes ne souhaitaient, démarrait sur les chapeaux de roues pour Lens. Sur une de leurs premières offensives, un corner tiré de la gauche trouvait preneur en la personne de Gbamin dont la tête donnait l'avantage à Lens après une hésitation de Vercoutre. Dès lors, les Lyonnais se décidaient enfin à passer la surmultipliée mais c'était trop tard. Les Lensois, avec beaucoup de courage et de coeur, étaient trop près de l'exploit pour rendre les armes. Bien que réduits à dix après la sortie sur blessure de Cyprien -alors que tous les remplaçants étaient entrés- ils allaient au bout de leurs efforts pour conserver leur victoire.

Christian Grégoire