Pastore
Le milieu du PSG, Javier Pastore | AFP - KENZO TRIBOUILLARD

Le PSG sans trembler devant Toulouse

Publié le , modifié le

Dans le match-phare des 8e de finale de la Coupe de France mercredi, le PSG s'est imposé devant Toulouse (3-1). Appliqués et maîtres de leur sujet, les Parisiens, sans Ibrahimovic, n'ont pas tremblé face à des Toulousains qui n'ont joué que par intermittence.

Pour ce qui était le 2000e match de son histoire, le PSG était privé d'au moins cinq titulaires habituels (Ibrahimovic, Sirigu, Alex et les deux Thiago) et alignait notamment une charnière centrale "vintage", avec Armand et Sakho, régulièrement associés lors de la saison 2010-2011. Le duo a manifestement gardé quelques automatismes et a très rarement été mis en danger, confirmant que quels que soient les hommes, l'axe défensif était bien le point fort du club de la capitale.

Paris a encaissé un but, pourtant, mais c'était vraiment bien payé pour un TFC globalement inoffensif tout au long de la partie. L'action est d'ailleurs partie d'une perte de balle de Pastore aux abords de la surface adverse pour aboutir à un long centre d'Aurier sur lequel Tabanou sautait infiniment plus haut que le très passif Van der Wiel et trompait Douchez d'un beau coup de tête (18).

Doublé de Pastore

Auparavant, Gameiro, en pointe, avait soigné ses très flatteuses statistiques avec un but inscrit de près sur un impeccable centre de Lavezzi (8). Sorti à la pause, l'ancien Lorientais a ainsi inscrit son sixième but en 15 apparitions et à peine plus de 600 minutes de jeu cette saison.  Avec un poteau de Sakho et plusieurs occasions très franches de Pastore ou Gameiro, Paris aurait probablement mérité de mener à la pause mais une deuxième période à sens unique lui a permis de remettre les choses en ordre.

Vraiment dominateur et assez inspiré par rapport à ses deux derniers matches de championnat, où son jeu offensif avait été pour le moins minimaliste, le PSG a été récompensé de deux buts signés Pastore (48), plutôt dans un bon jour, et Lavezzi (66) sur deux caviars de Ménez, remplaçant de Gameiro. Les  Parisiens ont surtout soigné la manière, avec Ménez donc, Lavezzi, mais aussi Verratti et Lucas qui ont apporté leur touche à la victoire. L'équipe toulousaine trop timide a semblé démunie contre des Parisiens performants.  

Vidéo : le résumé du match 

Voir la video

Vidéo : hommage du Parc à Nene

Voir la video