Edinson Cavani Javier Pastore PSG
Edinson Cavani et Javier Pastore (PSG) | MIGUEL MEDINA / AFP

Le PSG joue à se faire peur contre Bordeaux

Publié le , modifié le

Le Paris Saint-Germain s'est qualifié pour les huitièmes de finale de la Coupe de France en battant Bordeaux au Parc des Princes mais les hommes de Laurent Blanc, longtemps dominateurs, ont largement souffert en fin de rencontre (2-1).

Une coupe et ça repart. Même si les périodes de fêtes sont terminées, le PSG a prolongé l'instant en s'offrant une sacrée respiration lors de ces seizièmes de finale de Coupe de France. En quête d'identité, et de fond de jeu, ces derniers temps, les Parisiens se sont partiellement rassurés face à des Bordelais qui, eux, s'enfoncent encore un peu plus dans le doute. Avec une seule victoire lors de leurs sept derniers matchs, les Girondins peuvent légitimement se poser quelques questions. Le PSG aussi, mais elles sont moins pressantes.

Si elle ne constituait qu'une demi-surprise, la non titularisation de Zlatan Ibrahimovic ne manquera certainement de faire jaser. Comment le Suédois, qui serait selon certaines sources en froid avec Edinson Cavani, a-t-il vécu de céder sa place en pointe à l'Uruguayen ? Et qu'a-t-il pensé de son but dès la 14e minute ? Car oui, après une entame plutôt timide, les hommes de Laurent Blanc se sont rapidement libérés après un bon centre de Digne pour le front de Cavani qui faisait preuve d'autant de timing que de précision sur ce coup-là (1-0, 14e). Epaulé par l'autre "retardataire de vacances" Ezequiel Lavezzi, et par Jean-Christophe Bahebeck, le Sud-Américain inscrivait son second but en deux match après sa réalisation face à Evian le week-end dernier.

Paris aux deux visages

Face à une équipe qu'ils avaient déjà facilement battue en championnat cette saison au Parc (3-0), les Parisiens retrouvaient leurs vertus de pressing et de vitesse qui avaient si longtemps fait leur force ces dernières saisons. Et, après un bon débordement de Cavani et une première tentative de Lavezzi, c'est un autre Argentin, Javier Pastore, qui se trouvait en position idéale pour tromper Carrasso (2-0, 33e). Dans la foulée, les partenaires de Thiago Silva enchaînaient quelques superbes mouvements avant la pause, laissant augurer une qualification facile. Il n'en fut rien.

La faute à une entame de seconde période complètement ratée qui permettait aux Bordelais de refaire surface grâce à la réduction du score de Rolan, sur une belle frappe placée (46e). Dès lors, le club de la capitale retombait dans les travers entrevus ces derniers temps, entre fébrilité et suffisance. Bordeaux aurait pu en profiter mais, même privé de Camara, exclu à dix minutes de la fin, le Paris SG parvenait à rallier tant bien que mal les huitièmes de finale. Les dirigeant qataris, qui ont fait de cette Coupe de France un objectif majeur, pouvaient souffler. 

Julien Lamotte