Jordan Auger (Locminé) entre Milan Bisevac et Salvatore Sirigu (Paris-SG)
Jordan Auger (Locminé) entre Milan Bisevac et Salvatore Sirigu (Paris-SG) | FRED TANNEAU / AFP

Le PSG frôle l'humiliation

Publié le , modifié le

Le Paris SG a dû son salut à un but obtenu dans le temps additionnel face à la très valeureuse équipe de Locminé (2-1, en 32e de finale de la Coupe de France. Un triplé de Lisandro Lopez a permis à l'Olympique Lyonnais de battre (3-1) son plus modeste voisin, Lyon La Duchère (CFA). La surprise est venue d'Ajaccio (National) qui a éliminé Toulouse (1-0). Evian-TG s'en est sorti in extremis à Metz (2-2, 5-3 tab). Montpellier n'a pas tremblé.

Salvatore Sirigu (gardien de but du PSG): "C'est vrai que le stage dans le Golfe Persique a été très particulier. On était peut-être un peu fatigué par le voyage. Maintenant, on va pouvoir récupérer et bien préparer le match contre Toulouse"

Incomparables sur le papier, les deux formations se retrouvaient pourtant bien pour disputer ce 32e de finale de Coupe de France. Quel drôle de début pour Carlo Ancelotti, qui faisait donc ses premiers pas en L1 face à une équipe de 5e division (CFA 2) ! Le Stade Yves Allainmat de Lorient était pratiquement plein pour accueillir cette affiche si originale. Conscients de vivre le match de leur vie, les joueurs de Locminé ne tardaient pas à glacer le sang d’Ancelotti, lorsque sur un service de Auger, Maïga envoyait un missile du pointu qui heurtait le coin des buts de Sirigu. Après une telle action dès la quatrième minute, les joueurs de Didier Noblet prenaient confiance, et mettaient une pression terrible sur les Parisiens. A l’image d’un Lugano totalement dépassé par la très belle technique de ces amateurs, le PSG subissait bel et bien cette première période.

Didier Noblet (entraîneur de Locminé): "Il ne faut pas s'arrêter à la frustration. C'est tout à fait normal d'être déçu mais ce qui prédomine chez moi, c'est la fierté. C'est gravé en moi. On ne m'enlèvera pas d'avoir donné du bonheur et presque fait chavirer le Moustoir".

Lugano délivre Paris

Au retour des vestiaires, les supporteurs bretons espéraient assister à la surprise tant attendue, mais il fallait un exploit personnel de Pastore pour finalement libérer Paris à la 53e minute (1-0). Après un grand pont, le joueur argentin devait toutefois s’y reprendre à deux fois pour tromper l’excellent gardien adverse, Flégéo, employé dans l’agroalimentaire. Mais les joueurs bretons ne lâchaient pas prise, bien au contraire, et l’impensable arrivait à la 71e minute lorsque Péru était fauché dans la surface par Sissoko. L’arbitre de la rencontre M. Cail sifflait pénalty, et l’imperturbable Maïga offrait à son équipe le but de l’égalisation (1-1).

Carlo Ancelotti: "Je ne suis pas content, car on doit mieux jouer"

Les supporteurs bretons n’en croyaient pas leurs yeux, et pourtant leur équipe tenait bon face au PSG. Mieux encore, sous le regard d’un Leonardo dépité, les Morbihannais se faisaient réellement plaisir sur le terrain et se procuraient encore les plus belles occasions, et Sirigu devait s’employer pour sauver la face du PSG… Mais c'était finalement le champion d'automne qui avait le dernier mot grâce à un but de Lugano dans le temps additionnel (2-1). Locminé pouvait toutefois faire honneur à ses joueurs, et Ancelotti pouvait tirer son chapeau à son homologue breton.

Logique respectée à Lyon

Lyon (L1), victorieux 3 à 1 de Lyon-La Duchère (CFA) et Evian (L1), vainqueur aux tirs au but (5 à 3; 2-2 a.p.) de Metz (L2), ont évité ce dimanche le piège du "petit poucet", fatal à Toulouse (L1) éliminé 1 à 0 par le GFCO Ajaccio (National) en 32e de finale de la Coupe de France. Au total, 7 clubs de L1 ont été éliminés, dont 5 par des clubs de rang inférieur: Toulouse, Brest, Lorient, Sochaux et Caen. Nancy et Saint-Etienne ont eux été sortis par des pensionnaires de L1.

René Girard (entraîneur de  Montpellier): "La Coupe va devenir  un objectif, avec le collectif qui est le nôtre et aussi pour meubler le  calendrier".

En clôture de cette journée de dimanche, le match Prix-lès-Mézières-Montpellier (0-4) n'a pas franchement enthousiasmé les foules. Les Héraultais ont dominé et le prometteur Rémi Cabella a tué le suspense avant la pause (17e et 40e). Le Chilien Estrada a ajouté un troisième but (56e) avant qu'Olivier Giroud, le meilleur buteur de Ligue 1, ne rentre en action (but à la 70e).

Romain Bonte