Angers Ferebory Dore Bordeaux dribble 01 2011
L'Angevin Ferebory Dore lors de la victoire sur Bordeaux en 16e de finale | AFP - Damien Meyer

La soirée des outsiders en Coupe

Publié le , modifié le

La Coupe de France 2011 continuera-t-elle à être le cimetière des favoris ? Les premiers matches des 8e de finale, mardi, donneront un indice sur cette tendance. Tombeur de Bordeaux au tour précédent, Angers (L2) reçoit des Strasbourgeois (Nat) qui retrouve son lustre d'antan dans cette épreuve. Idem pour Metz, qui a une belle opportunité de s'illustrer à Lorient. Giflé à Sochaux en championnat, Rennes doit se méfier de la venue de Reims (L2).

Tombeur de Bordeaux au tour précédent, Angers avait créé une sensation. Rendant la place de Jean Tigana très précaire. La qualification de Strasbourg pour les 8e de finale avait également fait du bruit, pour d'autres raisons. Laurent Fournier était en effet donné limogé, quel que soit le résultat de son match contre Evian, leader de L2. Mais, miracle, la victoire, l'appui de ses joueurs et du public, ont empêché Fournier de revivre le triste épisode de son licenciement à la tête du PSG. Une belle volte-face des dirigeants alsaciens a permis au technicien de rester en poste. Et d'enchaîner ensuite deux victoires importantes en National.

Ce qui ne l'empêche pas d'avoir un goût désagréable dans la bouche. "Je n'avais pas encore reçu ma lettre de licenciement mais j'avais déjà préparé mon départ, celui de ma femme et de ma fille. Pour moi le truc était réglé", confie le technicien alsacien, qui se dit "motivé et déçu" par la gestion de cette crise. Cela m'aurait fait mal d'avoir mis autant d'énergie dès le début pour que quelqu'un d'autre soit récompensé. Si je devais être débarqué dans le futur, en cas de montée, j'aurais une grande part de responsabilité". Les Strasbourgeois vont-ils s'offrir un nouvel exploit ?

Un autre ancien de Ligue 1 aimerait bien aussi revivre de belles heures: Metz. Coincé à l'avant-dernière place de la Ligue 2, le club lorrain vit une saison catastrophique, et pourrait bien rejoindre Strasbourg en National la saison prochaine s'il ne parvient pas à redresser la barre. L'attaquant norvégien Odegaard, recruté au Mercato, devrait faire ses débuts lors de ce match. La Coupe de France, si elle a alourdi la vitrine des trophées du club, n'est donc pas vraiment une priorité pour les Messins, qui doivent affronter des Lorientais bien menés par Kevin Gameiro. Le contexte est le même pour Reims, 17e avec seulement un point d'avance sur le premier relégable en L2. Et affronter Rennes, qui vient d'exploser en vol à Sochaux 5 à 1 en L1, ne tombe pas forcément bien.

Les Bretons, qui demeurent malgré tout meilleure défense de Ligue 1, vont vouloir se racheter à domicile après avoir été sans doute rappelés au devoir de leur charge par leur bouillant entraîneur Frédéric Antonetti. Les Rennais devront tout de même se passer de leur gardien Douchez, expulsé dans le Doubs, de Mangane et Dalmat. "Après cette fessée, je pense que les Rennais auront à coeur de se racheter devant leur public et il faudra s'attendre à un match un peu compliqué pour nous", annonce Mickaël Tacalfred, le défenseur reimois. "Mais nous allons jouer comme nous savons le faire, en nous appuyant sur nos qualités. Ca ne sert à rien d'avoir peur. Il y a quatre ans, Reims s'est imposé là-bas en quart de finale de la Coupe de la Ligue. Un exploit est toujours possible en Coupe".