Jody Viviani, de Saint-Etienne à Boulogne

Jody Viviani, de Saint-Etienne à Boulogne

Publié le , modifié le

Boulogne-sur-Mer (National), qui accueille Saint-Etienne (L1) mardi en quarts de finale de la Coupe de France , compte sur l'expérience de son gardien de but Jody Viviani, qui a passé quatre saisons dans la cage des Verts, pour réaliser l'exploit.

A 33 ans, Viviani est le joueur le plus expérimenté de Boulogne-sur-Mer. Formé à Montpellier (2002-2005), puis passé par Saint-Etienne (2005-2009) et Grenoble (2009-2011), le portier est de retour en France après deux saisons en Grèce (Skoda Xanthi, D1) et une en Belgique, au Bruxelles White Star (D2). "Boulogne, c'est un challenge pour moi et s'il y a quelque chose au bout, ce sera encore mieux", explique le natif de La Ciotat, venu "apporter son expérience" à un groupe boulonnais largement inexpérimenté au plus haut niveau.

Après une série de 14 matches sans défaite, qui a pris fin vendredi avec la victoire de Strasbourg au stade de la Libération (2-1), Boulogne fait partie des outsiders pour la montée en Ligue 2. Un objectif pour le club de la Côte d'Opale, qui a connu le monde professionnel entre 2007 et 2011, épisode ponctué par un passage éphémère en Ligue 1, durant la saison 2009-2010. "La Coupe peut nous faire grandir et nous servir pour le championnat, qui reste notre objectif prioritaire", explique Viviani, qui retrouvera mardi un club qu'il connaît bien.

Retour dans la lumière

Viviani a gardé à 32 reprises les buts de Saint-Etienne dans l'élite, où il était la doublure de Jérémie Janot. "C'est sympa de retrouver Saint-Etienne, je connais encore pas mal de monde là-bas, notamment Loïc Perrin et Moustapha Bayal Sall avec qui j'ai joué". Le portier boulonnais sait que "Saint-Etienne aura peut-être plus d'occasions de marquer que nous" mais veut croire aux qualités techniques et de maîtrise du ballon de son équipe, éprouvées en championnat cette saison.

Après la défaite face à Strasbourg, qui laisse Boulogne à trois points du podium en National, l'entraîneur nordiste Stéphane Le Mignan (finaliste malheureux de la Coupe de la Ligue en 2009 avec Vannes) admettait que "la Coupe de France peut être quelque chose de perturbant" pour son effectif, qui doit ainsi disputer trois matches en une semaine. Mais Boulogne, tombeur de Quevilly (CFA) au tour précédent (2-0), ne boude pas ce retour dans la lumière et compte poursuivre sa route pour atteindre la deuxième demi-finale de son histoire, après celle de 1937.

"Il ne faudra pas trop regarder Saint-Etienne jouer, et faire les efforts tous ensemble pour se mettre rapidement à la hauteur de notre adversaire", prévient Viviani, qui met en perspective : "Après tout, on n'est qu'à deux matches du Stade de France". Ce n'est pas la première fois cette saison que Viviani affronte un de ses anciens clubs en Coupe de France : en seizièmes de finale, Boulogne avait battu Grenoble 1-0. Il espère la même issue face à Saint-Etienne.

AFP