Jocelyn Gourvennec
Jocelyn Gourvennec explose de joie après avoir remporté la Coupe de France 2014 | KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Gourvennec: "C'est magique"

Publié le , modifié le

L'entraîneur de Guingamp Jocelyn Gourvennec a confié avoir vécu un moment "magique" après la victoire samedi de ses joueurs en finale de la Coupe de France contre Rennes (2-0).

- Quel est votre sentiment après la victoire?
Jocelyn Gourvennec: "C'est une grande joie pour tout le monde, pour le club pour la ville, pour les joueurs, pour le staff. Je représente 12 personnes dans le staff. C'est important. Et, puis il y a une fierté d'avoir réussi notre match. Quand on joue une finale, ça peut se jouer à pas grand-chose, une crispation, quelques mauvais choix, un manque d'attention parfois à un moment donné et vous pouvez la perdre. Je trouve qu'on fait le match parfait avec beaucoup d'allant, on était bien organisé, on a bien su se projeter vers l'avant, on a eu assez peu de déchets dans nos passes. Et après, il faut réussir à marquer et on a réussi à marquer, pour traduire notre bonne première mi-temps et mener à la pause. D'habitude, on n'est pas très bon sur les entames de deuxième, là on a marqué vite! C'est un match plutôt maîtrisé et sur l'ensemble de la partie, le score est logique".

- Gagner 5 ans après, c'est un miracle?
J.G. : "Ce n'est pas un miracle, c'est simplement un bel exploit. Lionel Mathis, c'est sa 4e coupe de France! On a plus de chances d'en gagner quand on joue à Paris, Marseille, Lyon. Il en a gagné 2 avec Auxerre, 2 avec Guingamp. Dans le foot, tout est possible. On l'a montré ce soir. On a le sentiment du devoir accompli. Cette année, on est allé au Parc en début e saison, on est au Stade de France en fin de saison. On avait plutôt l'habitude il y a trois ans quand on venait à Paris de jouer à Pacy-sur-Eure, et on y allait en bus. A Créteil, à Alfortville, le Paris FC a Charléty. Alors gagner ici, c'est incroyable. Mais ca veut dire qu'on fait du chemin parce qu'on a construit les choses. Et qu'on a fonctionnement qui marche bien et surtout les joueurs adhèrent. C'est allé assez vite mais ça ne s'est pas fait sur un claquement de doigt ou sur du sable. C'est contrat rempli, c'est extraordinaire (...)

"On ne planifie jamais une victoire en Coupe", assure Jocelyn Gourvennec
"On ne planifie jamais une victoire en Coupe", assure Jocelyn Gourvennec

(...) On ne planifie jamais une victoire en Coupe. On a normalement plus de chances de la gagner en étant une équipe du Top 5 français. Le fait que Guingamp la regagne cinq ans après c'est magique. D'être de cette aventure là, d'être celui qui emmène, c'est bien. Mais maintenant il faut qu'on finisse bien la saison. Qu'on se mette à l'abri en championnat. On est promu, on est dans un logique. On a le plus petit budget de Ligue 1 (ndlr: en fait le deuxième plus petit). C'est assez logique qu'on soit encore à la bagarre en championnat. On est encore dans notre objectif (maintien) qui est réalisable évidemment".
   
- Quel est le plus beau moment après la victoire?
J.G. : "Le fait de se retrouver autour de la Coupe de France sur l'estrade en haut, c'est quelque chose que je vois depuis tout gamin à la télévision en fin de saison. C'est magique de se retrouver là haut, près du président de la République. Et puis en-bas, avec les confettis. Les joueurs, le staff et la photo avec également les joueurs qui n'avaient pas été retenus plus ceux dans la tribune. Dix joueurs pas sur la feuille. Ils étaient avec nous et ça récompense tous les joueurs qui ont agi en Coupe de France cette année. Il y a  des joueurs qui ont été importants à Ile-Rousse, à Cannes, à Bourg Peronnas, contre Monaco et qui n'étaient pas forcément sur la feuille de match ce soir".

Vidéo : Les deux buts guingampais