PASCAL DUPRAZ
Pascal Dupraz, l'entraîneur d'Evian TG | AFP - DAMIEN MEYER

Dupraz : "un super moment" contre le PSG

Publié le , modifié le

L'entraîneur d'Evian/Thonon, Pascal Dupraz veut savourer "un super moment à passer" contre le Paris Saint-Germain, mercredi à Annecy en quart de finale de Coupe de France, un match "dont il est difficile d'écrire le scénario à l'avance".

 

Comment se présente ce quart de finale de Coupe de France contre le PSG ?

Pascal Dupraz : "Comme un super moment à passer face à un adversaire prestigieux, qui  n'a pas perdu contre Barcelone (en Ligue des champions, NDLR) et aurait même dû  se qualifier. Le stade sera plein. Nous aurions même pu remplir plusieurs fois  le Parc des Sports. Sinon, je ne suis pas plus stressé pour ce match que pour  un autre. A l'aller, en championnat, le PSG nous avait étouffé et quand on est  entraîneur, il n'y a que la fierté qui te fait rester debout à ce moment-là.  Là, il s'agit de Coupe de France et il est très difficile d'écrire le scénario  à l'avance. Nous avons peut-être une chance sur 100 mais au fur et à mesure que  l'on avancera dans le match, on en aura peut-être davantage. Tout dépendra,  bien sûr, de la production des joueurs du PSG, mais aussi de la nôtre. Si les  joueurs affichent les mêmes vertus que ces derniers temps on multipliera nos  chances. Et puis, toutes les équipes ont connu une élimination contre un plus  faible qu'elle.

Le résultat de mercredi peut-il conditionner la fin de la saison, en  championnat, ou s'agit-il de compétitions bien distinctes ?

P D : "Rester qualifié en Coupe de France a permis notre redressement en  championnat. Je l'espérais et c'est ce qui s'est produit. Cela a laissé les  garçons en éveil. La Coupe de France leur a déjà apporté la victoire qui les  fuyait en championnat. Nous n'avons pas eu pour autant de cadences infernales :  nous avons un effectif de 29 joueurs professionnels, qui sont au moins aussi  bien préparés que les autres en Ligue 1, ce qui nous permet de mener deux  compétitions de front".

Quel sera le plan de jeu pour contrarier le PSG ?

P D : "Etre nous-mêmes. Les meilleurs joueront, en tenant compte de l'état de  fraîcheur, bien sûr. Sinon, je reste convaincu que la défense à cinq que nous  avons appliquée à l'aller en championnat pouvait être efficace. Bordeaux  l'avait fait avant nous et Paris ne s'était pas créé beaucoup d'occasions...  Malheureusement, quand nous sommes allés à Paris, le club sortait de la période  de doute qu'elle venait de traverser. Et il avait enchaîné les résultats après".

Que pensez-vous du projet parisien ?

P D : "Il fait du bien au football français car il permet de voir des vedettes  jouer dans notre championnat. Cela a été tellement longtemps l'inverse avec les  bons joueurs français qui partaient jouer à l'étranger. Et puis, pour un club  comme l'ETG, disputer la même compétition que le PSG, même s'il on a  l'impression que l'on n'a pas les mêmes atouts ni les mêmes armes, c'est aussi  très gratifiant. Cela situe notre niveau de performance".

Est-ce une fierté d'accueillir des joueurs comme Beckham, Ibrahimovic...?

P D :  "Oui. Ils sont tous aussi bons les uns que les autres et font se  déplacer les foules. Mais, j'ai une crainte : que le vestiaire mansardé  d'Annecy soit trop petit pour Zlatan. On s'en excuse à l'avance (sourire) !..."

AFP