Coupe: Guingamp sort Monaco

Coupe: Guingamp sort Monaco

Publié le , modifié le

Guingamp s'est qualifié pour la finale de la Coupe de France en venant à bout de Monaco (3-1 après prolongation) mercredi au Roudourou. Les Guingampais, plus concernés que des Monégasques bien décevant, l'ont logiquement emporté au terme d'un match crispant, dont l'issue a été longue à se dessiner. En finale, Guingamp sera opposé à Rennes.

Des Bretons tout de suite dans le match

Les Guingampais ont indiscutablement pris cette demi-finale avec beaucoup plus de cœur et d’envie, en prenant le contrôle des opérations dès les premières minutes, avec du rythme, de l’agressivité, en mettant une grosse pression sur des Monégasques fébriles. Les Bretons progressaient sur chaque action et multipliaient les coups de pied arrêtés. Sur l’un d’eux, un coup franc bien ajusté par Langil, Yatabare coupait la trajectoire juste devant le gardien Romero qui attendait le ballon dans la nice (1-0, 7e).

La mécanique grippée de Monaco

Monaco avait du mal à réagir, brouillon dans son jeu, perdant la bataille du milieu, et compliquant un peu trop ses quelques actions offensives. Même si au fil des minutes, les hommes de Ranieri décidaient de jouer plus haut, et se créaient quelques occasions par James Rodriguez ou Ferreira-Carrasco, ils avaient beaucoup de mal à se défaire de la toile tissée par des Guingamp ais, qui s’appliquaient dans la récupération et les relances.

Pourtant, les Monégasques revenaient t au score sur un débordement de Fabinho dont le centre trouvait Berbatov à la réception pour une égalisation bienheureuse pour une ASM dont la mécanique semblait bien grippée. (1-1, 36e).

Guingamp rate le break... 

Les Guingampais touchés mais pas coulés continuaient leur travail dans une deuxième période un peu plus équilibré, au cours de laquelle l’impact physique de Monaco, qui perdait Berbatov après l’heure de jeu, lui permettait d’avoir un peu plus de munitions.

Mais au décompte des occasions, il n’y en eu guère plus, par Jamez Rodriguez notamment, alors que Guingamp deux grosses possibilités de s’éviter les prolongations,   d’abord une belle tête de Beauvue consécutive à un corner, repoussée par Germain sur sa ligne, puis un missile de Douniama de 25 mètres s’écrasant sur la transversale, et enfin un tir contré de Yatabare, alors que la passe de Sankharé était peut-être ralentie par une main, ce qui rendaient furieux les joueurs guingampais.

Ils pouvaient se sentir frustrés de n’avoir pas pu terminer dans le temps réglementaire, car indiscutablement ils avaient montrés un visage beaucoup plus volontaires et conquérants que de bien mièvres Monégasques, maladroits en attaques et friables en défense.

...Mais s'en sort dans l'euphorie 

Poussés dans leurs retranchements, et peut-être vexés eu égard à leur carte de visite et leurs ambitions, les joueurs de la Principauté se réveillaient pendant la prolongation, en desserrant l’étau de Guingamp. Mais finalement, c’était trop de convictions, et la Coupe choisissait enfin son camp, de celui de l’équipe qui la désirait le plus. Les joueurs des Côtes d’Armor, jetaient leurs dernières forces dans la bataille et en étaient récompensés. D’abord par un but de Atik reprenant un centre de Giresse, puis par l’intenable Yatabare encore servi par Giresse, et dont le but scellait le sort de la rencontre. Semait l'euphorie au Roudourou .Et ouvrait pour Guingamp, la voie d’une finale en Rouge et Noir contre le voisin breton de Rennes.

Pour Monaco en revanche, il y aura sans doute de la déception et de la mise au point dans les jours à venir.

 Les buts du match

 La réaction de Gourvennec

Christian Grégoire