Coupe de France : Sarabia reconnaît "que l'exclusion a facilité la tâche" du PSG

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Gicquel
Pablo Sarabia lors du match PSG-Lyon.
Pablo Sarabia lors du match PSG-Lyon. | MAXPPP

Vainqueur 5-1 de Lyon en demi-finale de la Coupe de France mercredi, le PSG n'a pourtant pas été aussi brillant dans le jeu que le score ne le laisse penser. Bousculés par l'OL pendant une heure, les Parisiens ont ensuite déroulé à la suite de l'exclusion de Marçal, qui a amené le penalty du 2-1 marqué par Neymar.

Le PSG sera bien en finale de la Coupe de France pour la sixième fois de suite. C'est devenu une habitude, un rituel annuel de fouler la pelouse du stade de France au moins une fois par an. Souvent, Paris y a mis la manière. Pas mercredi. Face à un OL revigoré depuis sa victoire convaincante face à la Juventus Turin en Ligue des champions (1-0) puis lors du derby face à Saint-Etienne, Paris a été plus que gêné (2-0).

Harcelés à la perte du ballon, les coéquipiers de Kylian Mbappé auteur d'un triplé, ont parfois souffert face à un dispositif compact. Les latéraux Thomas Meunier et Layvin Kurzawa ont pris quelques bouillons, mais le PSG s'en est finalement sorti. Il serait sévère de dire que c'est un fait de jeu qui a permis à Paris de s'imposer, mais l'exclusion de Marçal pour un deuxième jaune après une main évidente dans la surface, a définitivement fait tourner le sort de la rencontre en faveur du PSG grâce à la transformation de Neymar (2-1 à la 61').

Pablo Sarabia, buteur, ne dit d'ailleurs pas le contraire. "En première période, nous avons bien joué. Je pense que notre jeu était bien structuré et nous avons bien défendu sur les contres adverses. Nous nous attendions à un match difficile. L'exclusion nous a facilité la tâche pour marquer plus de buts par la suite. "

"Nous ne méritons pas cela"

Accrocher la Juventus, le rival stéphanois et le leader de la Ligue 1 en une semaine aurait sans doute définitivement lancé le sprint final d'un OL décidément surprenant cette saison. En face, l'analyse est semblable, à commencer par Anthony Lopes. "Ce qui nous a tués, c'était de se retrouver à dix contre onze. Cela devient très compliqué contre une équipe comme Paris. Mais même mené 2-1, on espérait toujours mais malheureusement nous avons pris le troisième but peu après et c'est devenu impossible", constate le gardien de l'OL. "C'est très dur pour le groupe car je pense que nous ne méritions pas cela. Oui c'est un objectif qui s'en va avec une demi-finale que l'on joue à domicile et on se fait éliminer. Nous en prenons cinq et on finit le match difficilement à dix contre onze mais au vu de notre première période et le début de la seconde avant de concéder l'exclusion, nous n'avons pas démérité."

En infériorité numérique, Lyon a laissé le jeu aux Parisiens, craquant par vagues, comme sur le déboulé de Mbappé consécutif à une perte de balle de Bruno Guimaraes au milieu du terrain. L'OL a trois jours pour se remettre et repartir dans le bon sens. En cas de victoire, les hommes de Rudi Garcia  se rapprocheraient encore un peu plus du podium.