Coupe de France : Paris élimine Lyon (1-5) et jouera une sixième finale de rang

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
PSG

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le Paris Saint-Germain jouera le 25 avril prochain sa sixième finale de Coupe de France consécutive après sa victoire face à Lyon ce mercredi au Groupama-Stadium (1-5). Rapidement menés au score, les Parisiens s'en sont remis à un triplé de Kylian Mbappé, un penalty de Neymar et une réalisation de Pablo Sarabia face à des Lyonnais réduits à 10 à l'heure de jeu après l'expulsion de Marçal. Ils affronteront Rennes ou Saint-Etienne en finale.

Le Paris Saint-Germain tentera bien d’aller chercher une 13e Coupe de France dans un peu moins de deux mois. En attendant sa finale de la Coupe de la Ligue face à Lyon le 4 avril et un titre de champion de France qui lui tend les bras, le club parisien peut espérer accrocher un nouveau triplé à son tableau de chasse après avoir éliminé l’Olympique Lyonnais en demi-finale (1-5) ce mercredi soir au Groupama Stadium. Un score fleuve, un triplé de Kylian Mbappé et une réalisation signée Neymar : une soirée idéale pour le PSG, qui n'aura pour autant pas dissipé les doutes autour de la force collective globale dégagée par le club de la capitale, à une semaine du huitième de finale retour de Ligue des Champions face à Dortmund.

Un test "niveau Ligue des Champions" : Thomas Tuchel n'avait pas menti. Pendant une mi-temps, le Paris Saint-Germain a montré autant de bonnes choses que lors de son huitième aller de C1 à Dortmund. En résumé, pas grand chose. Pris à la gorge d'entrée par le pressing haut et les prises à deux, voire à trois par instant, des Lyonnais, le PSG a fait état des faiblesses récurrentes qui sont les siennes depuis plusieurs semaines.

L'ouverture du score de l'OL dès la 10e minute en est la parfaite illustration. Layvin Kurzawa qui perd un ballon bêtement dans ses 30 mètres, Leandro Paredes qui se jette sans réfléchir devant Léo Dubois, Marquinhos qui hésite à sortir sur Toko Ekambi et qui laisse tranquillement le Camerounais trouver Martin Terrier en retrait (1-0, 10e) : Lyon n'en demandait pas tant pour canarder d'entrée. Un but venu des côtés, comme la majorité des offensives lyonnaises ce soir. Avec les boulevards laissés par Kurzawa et Meunier, il aurait été trop bête de ne pas en profiter. 

Dans un 4-4-2 avec un milieu Gueye - Paredes, Marquinhos en charnière centrale et Edinson Cavani en pointe, Thomas Tuchel a peut-être dévoilé les grandes lignes de ce que sera le onze proposé mercredi prochain face à Dortmund. Mais pour ce qui avait l'allure d'une répétition générale avant le match - au moins jusque là - le plus important de la saison, ce PSG n'a pas été au rendez-vous des attentes. Des latéraux inquiétants défensivement, un bloc équipe souvent coupé en deux, aucun joueur entre les lignes et très peu de mouvements autour du porteur : pendant une heure, ce fut un petit Paris. Mais comme souvent sur la scène nationale, il s'en est encore sorti sans trop de dommages, grâce notamment à un Kylian Mbappé XXL.

L'attaquant français s'est offert un triplé, égalisant seulement 180 secondes après le but de Terrier pour remettre les siens dans le match (1-1, 12e), avant d'inscrire le but de la soirée. Récupération dans son camp, raid supersonique pour éliminer Bruno Guimarães puis faire danser Marcelo avant de tromper Lopes du pied droit à bout portant (1-3, 68e) : la partition est parfaite pour permettre à Paris de s'envoler face à des Lyonnais réduits à 10 après l'expulsion de Marçal pour un deuxième carton jaune suite à une main dans la surface.

Neymar inquiète puis marque

Un doublé transformé en triplé dans le temps additionnel (1-5, 90e+2), quelques minutes après le but de Pablo Sarabia (1-4, 82e), pour un score final plutôt flatteur face des Lyonnais qui auraient mérité mieux. Trois buts et une qualification signés Mbappé, qui ont permis d'éclipser rapidement l'inquiétude autour de Neymar. Le Brésilien, pas vraiment dans le rythme, est rentré aux vestiaires à la mi-temps en grimaçant et en boitant. De quoi déjà craindre une nouvelle absence en Ligue des Champions ? Plus de peur que de mal finalement pour le N°10 parisien, revenu sur le terrain pour marquer le but du 1-2 sur penalty à l'heure de jeu (64e).

Seul éclair d'une nouvelle soirée frustrante pour le Brésilien, malgré une légère montée en puissance en deuxième période. "Il est la clé pour les résultats extraordinaires. Pour cela, il doit jouer. Il a besoin de ça. Quand il joue beaucoup, il peut faire la différence", a confié Thomas Tuchel en conférence de presse après le match. A défaut de jouer beaucoup, Neymar aura encore 90 minutes et huit jours pour arriver contre Dortmund en pleine possession de ses moyens.

France tv sport francetvsport