La joie des Marseillais à Bourg-en-Bresse
La joie des Marseillais à Bourg-en-Bresse | ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Coupe de France : Marseille passe, Les Herbiers créent la surprise

Publié le , modifié le

Quatre jours après avoir collé un 6-3 au FC Metz au Vélodrome, L'Olympique de Marseille s'est bien amusé au Stade Marcel-Verchere. Les hommes de Rudi Garcia n'ont fait qu'une bouchée de Bourg en Bresse (0-9) ce mardi en huitième de finale de la Coupe de France. Kostas Mitroglou, auteur d'un triplé et d'une passe décisive a livré une belle prestation, histoire d'atténuer les critiques à son égard. Alors que dans l'autre match de la soirée, Auxerre, défait 3-0 à domicile, s'est fait sortir par Les Herbiers, club de National.

Dix ! C'est le nombre de minutes qu'il a fallu à l'Olympique de Marseille pour faire voler en éclats les espoirs de qualification de Bourg en Bresse. En inscrivant 4 buts entre la 10e et la 20e minute, les Olympiens ont tué tout suspense, et se sont facilement qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe de France.  Impliqués et mordants dès les premiers instants de la rencontre, les Marseillais ouvrent logiquement le score sur une frappe de Luis Gustavo (10e). Trois minutes plus tard, les coéquipiers de Steve Mandanda corsent l'addition avec un but sur coup franc de Dimitri Payet (13e 2-0). Un but qui a d'ailleurs laissé de marbre le gardien burgien Sebastien Callamand.  
 

Ultra-dominateurs au milieu grâce à la rigueur de Luis Gustavo et à l'activité de Maxime Lopez, les Olympiens éttoufent leurs adversaires. Aligné en pointe en l'absence de Valère Germain, Kostas Mitroglou se mue d'abord en passeur décisif pour Lucas Ocampos (16e), avant d'inscrire un doublé (20e, 40e) avant la pause. Au retour des vestiaires, les Phocéens se savaient attendus. Après les trois buts encaissés dans les 20 dernières minutes contre Metz ce week-end, les joueurs de l'OM ont, cette fois-ci, respecté l'adversaire. Ils inscrivent 4 autres buts en 2e mi-temps par Ocampos (48e et 71e), Mitroglou (81e) et Njié (89e), et signent ainsi, la plus large victoire de l'histoire de l'OM toutes compétitions confondues depuis 1948.

Les Herbiers renversent Auxerre

Dans l'autre match de la soirée, la magie de la Coupe de France a opéré. Les Herbiers ont renversé Auxerre au Stade de l'Abbé-Deschamps. Alors qu'ils restaient sur sept matches sans défaites et 21 buts inscrits toutes compétitions confondues, les Auxerrois se sont fait surprendre à domicile. Le club de National ouvre d'abord le score sur penalty peu avant la pause par Kevin Rocheteau (45e), double la mise par Gboho (64e) et fini par tuer tout espoir de retour auxerrois avec un troisième but par signé Sébastien Flochon (69e). C'est la troisième fois que la formation vendéenne, avant-dernière de son Championnat, élimine une équipe du deuxième niveau en deux ans, après Orléans et le Gazélec Ajaccio en 2017.


 

Les réactions

Hervé Della Maggiore (entraîneur de Bourg-en-Bresse) : "Nous avons vécu un véritable cauchemar. Il y avait un univers d'écart entre les deux équipes. Nous les avons regardés jouer. En première période, nous avons commis une faute qui amène d'ailleurs le 2e but. Nous ne sommes jamais entrés dans les duels. Il y a eu un sentiment d'impuissance.Nous les avons tellement respectés. Je suis forcément en colère par rapport à cette absence de révolte. Sur le banc, c'était difficile à vivre."

Rudi Garcia (entraîneur de Marseille) : "Je suis satisfait du sérieux et du professionnalisme affiché. La déconcentration des dernières minutes du match vendredi contre Metz (6-3) nous a servi aujoird'hui car l'OM a joué de bout en bout. On ne s'est pas relâché. Nos attaquants ont marqué et nous avons géré l'effectif pour vendredi (à Saint-Etienne).  Il ne fallait pas laisser d'espoir à l'adversaire. Nous avons respecté le jeu." 

Dimitri Payet (milieu de Marseille) : "C'est ce qu'on voulait faire. Avec un score favorable qui est arrivé très vite, nous ne nous sommes pas arrêtés de jouer et nous avons continué à marquer. Ce match a été une bonne préparation pour jouer à Saint-Etienne où ce sera un autre contexte."