Steve Mandanda (Marseille) contre Caen en Coupe de France 03012016
Pendant longtemps, le gardien et capitaine de l'OM, Steve Mandanda, a écœuré les attaquants normands. | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Coupe de France - Mandanda qualifie l'Olympique de Marseille aux dépens de Caen

Publié le , modifié le

Infranchissable ! Steve Mandanda, le gardien de l'Olympique de Marseille, a qualifié son équipe aux dépens de Caen lors de la séance de tirs au but (0-0, 3-1) pour les 32es de Finale de Coupe de France. Après 120 minutes agréables mais exemptes du moindre but, les Caennais, largement dominateurs, ont souvent buté sur le portier marseillais qui fut le seul, ou presque, rayon de soleil phocéen.

Pour ce premier choc entre formations de l'élite, indécis jusqu'au bout, nous n'avons pas vraiment eu le temps de nous ennuyer malgré tout. Caen , auteur d'une très belle première partie de saison en Ligue 1 (4e), voulait se rappeler de sa belle prestation au Vélodrome en août dernier lorsque Marseille n'avait pas pu éviter la défaite (1-0). L'OM, d'ailleurs, comptait en partie sur cette rencontre de Coupe de France pour repartir du bon pied en 2016 après quatre mois clairement difficiles (10e de L1 avec 6 victoires seulement). Et une fois de plus, la formation phocéenne a pu compter sur son gardien et capitaine, Steve Mandanda, incroyable du début à la fin...

Mandanda héros écoeurant

Des parades dans tous les sens pendant 120 minutes puis trois arrêts lors de la séance de tirs au but. Bref, la ligne de statistique de Steve Mandanda parle d'elle-même : le portier international français a réalisé une prestation complètement folle. Pour faire simple, à lui tout seul, il a qualifié une équipe de Marseille bien timide dans la finition malgré les occasions presque immanquables d'Ocampos (88e et 108e). Diarra (17e) et Michy (49e, 77e) auraient même pu offrir ce but salvateur mais Vercoutre veillait bien au grain...

Du coup, Mandanda a donc enchaîné les parades, souvent devant Delort (14e, 17e, 74e) et Bessat (41e, 75e), pour amener sa formation, réduite à dix à l'heure de jeu suite à un tacle très en retard de Rekik sur Féret, jusqu'aux tirs au but. Une séance qui a vu le portier marseillais poursuivre son festival pendant que Diarra, Rolando et Michy inscrivaient leur tentative. Caen peut alors nourrir de nombreux regrets pendant que l'OM peut se réjouir de cette qualification, un sacré hold-up, mais mérité pour Mandanda.