Houssem Aouar
La joie des Lyonnais après le but d'Aouar dans le temps additionnel. | AFP

Coupe de France : Lyon arrache sa qualification contre Nice et rejoint Marseille en quarts

Publié le , modifié le

Réaliste en première période grâce à Moussa Dembélé, l'Olympique Lyonnais se dirigeait vers une qualification sereine contre Nice en huitièmes de finale de la Coupe de France ce jeudi soir. Rejoints au score en fin de rencontre, les hommes de Rudi Garcia ont finalement arraché la victoire sur penalty (2-1). Ils retrouveront Marseille au prochain tour pour un choc des Olympiques.

Lyon va mieux, beaucoup mieux qu'en début de saison. 2020 est pour l'instant synonyme de retour en forme pour le club rhodanien. En battant Nice à l'extérieur jeudi soir (2-1), en huitièmes de finale de Coupe de France, l'OL a enchaîné un 9e match sans défaite. Si les Gones n'ont pas réussi à s'imposer sereinement, en gardant l'avantage au score, ils ont eu le mérite de réagir très rapidement en toute fin de match.

Les hommes de Rudi Garcia sont encore en lice sur les quatre tableaux. 5e de Ligue 1, engagé en 8e de C1 contre la Juventus Turin, qualifié pour la finale de la Coupe de la Ligue, Lyon va continuer sa route en Coupe de France. Un choc des Olympiques, contre Marseille, l'attend en quart de finale. Il faudra retenir les leçons de ce huitième de finale contre Nice, dans lequel l'OL n'a pas brillé offensivement et surtout encaissé un but en fin de match alors qu'un succès bien maîtrisé semblait se dessiner.

Froid réalisme en entrée

En première période, c'est bien Nice qui prend le dessus sur l'OL, tant dans la possession que dans l'exploitation du ballon. Mais les Aiglons n'ont quasiment jamais réussi à trouver Kasper Dolberg en bonne position. Les hommes de Patrick Vieira se sont procuré la plupart des occasions d'un premier acte loin d'être enflammé. Au-delà de quelques frappes contrées ou non cadrées, le plus grand frisson est à mettre à l'actif de Hicham Boudaoui. Trouvé dans le dos de la défense par une belle ouverture de Wylan Cyprien, le milieu algérien voit sa tentative contrée in extremis par le retour de Joachim Andersen (13').

Et c'est dans la foulée de la plus grosse alerte niçoise que Lyon fait mouche. Sur sa seule vraie occasion de la première période, l'OL s'en remet à l'inévitable Moussa Dembélé. Sur un centre parfait de Maxwel Cornet côté gauche, l'attaquant français profite de l'erreur d'appréciation de Stanley N'Soki pour contrôler de la poitrine et tromper Walter Benitez (15'). 18e but cette saison toutes compétitions confondues pour Dembélé avec l'OL, particulièrement fiable en ce moment puisqu'il a marqué lors de chacune de ses apparitions en 2020 (8 buts en 7 matches).

L'OL reprend la main en deuxième période et concède quelques occasions, jamais inquiétantes. Tout indique alors une victoire sereine des protégés de Jean-Michel Aulas, avec maîtrise et réalisme. Mais les Niçois ne s'avouent pas vaincus. A la 88e minute, un très beau mouvement, conclu par deux talonnades de Myziane Maolida, puis de Kasper Dolberg, est stoppé par Ciprian Tatarusanu sur sa ligne. L'alerte n'a pas été prise au sérieux.

Ounas signe un premier éclair

Une minute plus tard, Adam Ounas est trouvé par une ouverture somptueuse de Dante, côté gauche. L'ailier de poche algérien contrôle délicieusement, en aile de pigeon, se recentre et fusille le portier lyonnais d'une frappe cou du pied (89e). La recrue estivale marque enfin son premier but avec l'OGC Nice. Mais la joie est de courte durée, car Nice concède un penalty stupide au début du temps additionnel.

Décisif sur le but quelques instants plus tôt, Dante tacle très tard Karl Toko-Ekambi dans sa surface, alors que le centre du camerounais ne constitue absolument pas une menace. Son tacle est tellement en retard, qu'il touche le pied de l'attaquant lyonnais en dehors du terrain. Houssem Aouar ne se prive pas. Le milieu de terrain lyonnais convertit le penalty et permet à son club d'éviter la prolongation, et surtout de rejoindre le stade des quarts de finale, au terme d'une fin de match difficilement analysable.