Coupe de France : l'Olympique Lyonnais s'offre un neuvième titre face au Paris Saint-Germain

Publié le , modifié le

Auteur·e : Hugo Monier
lyon titre

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'Olympique lyonnais a remporté sa neuvième Coupe de France, en s'imposant aux tirs au but face au Paris Saint-Germain. Rythmée par des occasions des deux côtés, la finale aura également été marquée par une courte interruption en raison d'une panne d'éclairage.

L'Olympique lyonnais a remporté ce dimanche sa neuvième Coupe de France en battant le Paris Saint-Germain au stade de l'Abbé-Deschamps d'Auxerre. Souvent dominatrices, parfois bousculées, les Lyonnaises ont dû aller jusqu'au tirs au but (0-0, 4-3), où elles ont pourtant été les premières à rater, pour s'offrir un nouveau sacre. 

Le match : Lyon, une domination imparfaite

Longtemps équilibrée en première période, la rencontre a tourné à l’avantage des Lyonnaises dans le dernier quart d’heure. Mais les occasions de Nikita Parris (34e, 41e) et Wendie Renard (40e) n’ont pas permis aux joueuses de Jean-Luc Vasseur de marquer ce fameux but avant la pause, "au meilleur moment". La deuxième période a été rythmée par les Lyonnaises. Elles ont dominé la reprise, trouvant même le poteau via Eugénie Le Sommer (70e), avant de lever le pied. Paris en a profité pour revenir dans le match et s’approcher de la surface lyonnaise, sans plus de succès. Il a donc fallu s’en remettre aux tirs au but.

Eugénie Le Sommer, quatrième tireuse lyonnaise après avoir débuté la finale sur le banc, a été la première à rater sa tentative. La gardienne parisienne Christina Endler s’est alors avancée face à son homologue Sarah Bouhaddi pour expédier son tir… sur la barre ! Lucy Bronze en a profité pour mettre l’OL devant, et un dernier tir catastrophique de Lea Khelifi a offert le titre au club rhodanien.

La joueuse : Irene Paredes a tenu la baraque parisienne

La capitaine parisienne a été particulièrement mise à contribution pour empêcher les Lyonnaises d’ouvrir le score, dans les airs mais également au sol. En fin de première période, elle a coupé in extremis la frappe de Parris, qui avait débordé la gardienne Endler (41e). Elle s’est encore imposée devant l’attaquante anglaise dans le second acte, avec un tacle salvateur dans sa surface (71e). Dans le temps additionnel, son intervention pour dévier le ballon vers Endler, alors qu’un face-à-face pouvait s’offrir à Jodie Taylor, a permis aux Parisiennes d’accéder aux tirs au but, en vain. 

Le temps mort inattendu : coupure de courant à l’Abbé Deschamps

Football et écologie, l’heure est désormais aux méthodes radicales. A la 9e minute, l’éclairage du stade de l’Abbé-Deschamps s’est éteint, la faute à un violent orage dans l’Yonne. "On a fait en sorte qu’il y ait cet orage" a alors plaisanté l'entraîneur parisien Olivier Echouafni, rappelant que la victoire parisienne lors de la finale 2018 avait connu une interruption semblable. Cinq minutes d’attente avant un bref retour aux vestiaires, le temps que le gardien de l’enceinte auxerroise retrouve la boite à fusibles.

Le chiffre : un neuvième succès pour l’OL

Avec ce succès, l’OL s’offre sa neuvième Coupe de France, ou sa onzième pour certains. Vainqueur de deux des trois premières éditions de la compétition, le FC Lyon a été absorbé par l’OL en 2004, lors de l’arrivée du futur mastodonte sur la scène féminine. Le club, dont la section masculine était restée indépendante, a relancé une équipe en 2009. Montpellier (trois fois), le PSG (deux fois), ainsi que Saint-Etienne et Juvisy (une fois) sont les quatre autres clubs à avoir remporté la Coupe de France.

La suite : la Ligue des champions en ligne de mire

Comme leurs homologues masculins, Parisiennes et Lyonnaises ont la tête à l’Europe. L’OL fera face au Bayern le 22 août, alors que le PSG affrontera Arsenal le même jour... et à la même heure. En cas de succès, les deux clubs français se retrouveront en demi-finale. Pour préparer ces rencontres, l'OL disputera un tournoi amical du 13 au 15 aout face à Montpellier (4e du dernier championnat), au PSV (championnes des Pays Bas) et à la Juventus (championnes d'Italie). De leur côté, les Parisiennes affronteront les moins de 17 ans masculins du club.