Mamadou Magassouba (Belfort) face à Florent Mollet (Montpellier)
Mamadou Magassouba (Belfort) face à Florent Mollet (Montpellier) en Coupe de france, le 28 janvier 2020 | AFP

Coupe de France : l'exploit de Belfort contre Montpellier, Rennes et Dijon ont eu chaud

Publié le , modifié le

C'est l'exploit de la Coupe de France, Belfort (N2) a sorti Montpellier à l'issue de la séance de tirs au but (0-0 a.p., 5-4 tab) et se qualifie pour les quarts de finale. Au terme d'un match également complètement fou, le Stade Rennais a arraché sa qualification, aux dépens d'Angers (4-5 après prolongation). Le tenant du titre n'est pas le seul à avoir eu besoin de la prolongation pour s'en sortir, Dijon ayant été malmené par le Petit Poucet de la compétition, Limonest-Saint Didier (N3) 1-2.

► L'exploit de Belfort 

Quelle soirée ! Au terme d'un match de toutes les émotions, Belfort s'est qualifié mardi soir pour les quarts de finale de la Coupe de France. Montpellier, quatrième de Ligue 1, n'a pas su trouver de solution face au club de national 2. Les deux équipes sont allées jusqu'aux tirs aux buts  (0-0 a.p., 5 t.a.b. à 4). 

Dans le petit stade Roger-Serzian, les Belfortains se sont retrouvés en supériorité numérique quand le gardien montpelliérain Geronimo Rulli a sciemment stoppé un ballon de la main hors de sa surface, récoltant un carton rouge direct (90e+3). Et alors que Montpellier avait trouvé le poteau dans le temps additionnel (90e+7), le score n'a pas bougé en prolongation, avant une séance de tirs au but où un arrêt décisif du gardien belfortain Eddy Ehlinger à 4-4 devant Damien Le Tallec a précipité la victoire des locaux.

Belfort atteint ainsi les quarts de la Coupe de France pour la première fois de son histoire. L'entraîneur belfortain Anthony Hacquard savoure ce moment si particulier : "C'est un truc de fou. On en a rêvé et on l'a fait. C'est un match typique de Coupe avec le petit qui lutte avec ses valeurs."

► Le tenant du titre a eu chaud

Le match a été plus qu'épique du côté d'Angers face à Rennes (4-5). Les deux équipes ont commencé la rencontre, toutes deux, crispées. Mais en fin de première période, le Stade rennais a trouvé la faille, dans laquelle se sont engouffré James Léa-Siliki (37e) et M'baye Niang (42e). Les deux joueurs ont inscrit chacun un but en l'espace de 10 minutes. Au retour de la mi-temps, Angers a tapé fort d'entrée et est parvenu à réduire l'écart (1-2) sur un but signé Sada Thioub (53e). Mais moins de 10 minutes plus tard, M'baye Niang a creusé de nouveau l'écart pour mener 1-3, alors qu'Angers commençait à prendre l'ascendant sur Rennes.

Le match a tourné rapidement au jeu du chat et à la souris. Dès que Rennes marque, Angers réplique. A la 84e minutes, Sada Thioub inscrit un doublé et revient à 2-3. Puis, Stéphane Bahoken permet aux Angevins de rester dans la course. A la fin des 90 minutes, les deux équipes sont toujours à égalité. Yann Gboho aligne un quatrième but pour Rennes (101e) auquel répond Mathias Pereira Lage (105+1e). Puis la sentence tombe pour les Angevins. Jérémy Gélin inscrit le but de la victoire pour le Stade rennais. "C'est un match qu'on a rendu fou parce qu'à 3-1, on doit mieux maîtriser. Ca montre encore tous les progrès qu'on doit faire pour devenir une très bonne équipe, affirme Julien Stéphan, l'entraîneur de Rennes. Si on veut avoir des ambitions plus hautes encore, on ne peut pas afficher de telles lacunes défensives. Que ça puisse arriver une fois, OK, mais c'est arrivé 10 ou 15 fois dans le match, la même situation, ça non !"

à voir aussi Coupe de France, huitièmes de finale: Revivez notre multiplex et l'exploit de Belfort Coupe de France, huitièmes de finale: Revivez notre multiplex et l'exploit de Belfort

► Limonest frôle l'exploit

Quelle cruelle fin de match. Il n'y a pas d'autres mots. Les Dijonnais ont décroché leur ticket (1-2) pour les quarts de finale de la Coupe de France face à la valeureuse équipe de Limonest (Nord de Lyon). Après une première mi-temps très serrée, Limonest ouvre le score à la 49e grâce à joli but d'Aziz Bouzit et son beau tacle glissé. Le compteur débloqué, les Bourguignons ont la pression. Jhonder Cadiz revient au score à la 54e minute. Il faut ensuite attendre la 120e minute pour narrer le dénouement.

Le Dijonnais Stephy Mavididi inscrit alors, 10 secondes avant la fin du temps réglementaire, le but de la victoire. Un but libérateur pour les Dijonnais donc mais cruel pour Limonest, qui a tenu le choc et mis en difficulté le club de Ligue 1 pendant la quasi-totalité du match. Nicolas Pinard, entraîneur de Limonest, ne cache pas sa déception : "C'est un dénouement cruel de perdre à quelques secondes de la fin, d'autant que l'arbitre a sifflé la fin juste après. Peut-être que ce sera plus facile de digérer, ou pire. A chaud, c'est surtout difficile pour les joueurs, dit-il, le cœur serré. Quand on fait autant d'efforts durant 120 minutes, prendre un but comme cela, c'est compliqué. Nous essaierons de remettre les têtes à l'endroit et de nous servir de ce parcours pour capitaliser en championnat. C'était une aventure magnifique."

Stéphane Jobard, entraîneur de Dijon, a lui exprimé son mécontentement quant à la qualité de jeu proposée par ses joueurs : "En coupe, l'essentiel est de se qualifier et la bonne nouvelle est que l'on est en quarts de finale, mais il y a beaucoup à dire sur la manière. Nous avons été servis en terme d'ascenseur émotionnel en arrachant la qualification à la dernière seconde, explique-t-il. Nous avons eu affaire à une bonne équipe de National 3, bien organisée. (...) On est tombé bas en terme de qualité de jeu. J'espère que cette performance va nous réveiller avant de recevoir Brest, samedi".