Raphinha a inscrit le premier but rennais

Coupe de France : Le Stade Rennais met fin aux espoirs de Belfort et file en demie

Publié le , modifié le

En s'imposant au stade Bonal mardi soir sur le score de 3-0, le Stade Rennais a mis fin aux espoirs de Belfort, club de National 2, et se qualifie pour les demi-finales de la Coupe de France. Les Francs-Comtois, qui n'ont pas su revenir après un bon premier quart d'heure, sortent par la grande porte après avoir éliminé trois clubs professionnels. Quatre jours après le départ de leur président Olivier Létang, les Rennais se sont rassurés et peuvent encore conserver leur titre.

► Le résumé de la rencontre

Si la magie de la Coupe de France n'a pas opéré ce mardi soir, les 20 000 spectateurs présents au stade Bonal ont vécu quelques frissons, en deuxième mi-temps notamment. Car les Belfortains, pensionnaires de National 2, n'ont pas démérité, loin de là. Les joueurs d'Anthony Hacquard ont débuté la rencontre tambour battant, avec un brin d'agressivité, et se sont même procuré la première occasion : une frappe en pivot de Ludovic Saline trop peu puissante pour inquiéter Édouard Mendy (6e). Mais après le premier quart d'heure, les Rennais ont su prendre la mesure de leurs adversaires du soir, bien aidé par Steven Nzonzi. Pour son premier match avec les Bretons, le champion du monde 2018 a été précieux dans l'entrejeu aux côtés d'Eduardo Camavinga.

L'ouverture est venue sur une volée de Raphinha, superbement servi par Romain Del Castillo sur un amour de centre venu de la gauche (23e). Les Rennais auraient pu doubler la mise avant la mi-temps, mais Del Castillo (19e) et Raphinha (33e) ont manqué tour à tour le cadre, puis Adrien Hunou (41e) et M'Baye Niang (45+1e) n'ont pas su maîtriser le ballon dans la surface. Malmenés en fin de première période, les Belfortains n'ont eu à se mettre sous la dent qu'une frappe trop molle de Mamadou Magassouba (29e).

C'est au retour des vestiaires que le match s'est réellement emballé, Belfort se projetant davantage vers l'avant, laissant sa défense plus exposée. Raphinha aurait pu en profiter, bien servi après un festival de Del Castillo sur le côté, mais sa frappe du droit a heurté la barre transversale (53e). Malgré les intentions des Francs-Comtois, les Rennais n'ont réellement été inquiétés qu'à une seule reprise en cette deuxième période, sur un coup franc où Mendy est resté vigilant (61e). Sur le contre qui a suivi, Hunou a échoué lors d'un face à face avec le gardien de Belfort (62e).

Eddy Ehlinger, jeune gardien de 18 ans, qui a mis en échec Niang moins de dix minutes plus tard, d'une superbe parade dans un nouveau face à face (69e). Sur le corner qui a suivi, Yannick Konki a concédé un penalty pour une main sifflée par Amaury Delerue. Niang s'est offert son troisième but cette saison en Coupe de France en le transformant (71e), alors qu'Ehlinger, qui a touché le ballon, était proche de réaliser un nouvel exploit. Ce nouvel exploit, le gardien l'a réalisé à la 81e, repoussant une frappe à bout portant de Hunou. Mais Ehlinger n'a rien pu faire sur le troisième but rennais inscrit par Jordan Siebatcheu au terme d'un rush de Raphinha (90+1e).

► Raphinha, danger numéro un côté rennais

Après des premières prestations en demi-teinte, l'adaptation de Raphinha poursuit son cours de la meilleure des manières. Déjà précieux dans le jeu, le Brésilien continue d'être décisif et s'est offert ce soir son deuxième but en Coupe de France cette saison sur une superbe reprise de volée (23e). L'ailier, qui occupait le flanc droit de l'attaque rennaise, aurait même s'offrir un doublé mais sa première frappe est passée au-dessus (33e) et la seconde a heurté la barre transversale (53e).

Son aisance technique a permis aux Rennais de trouver des solutions pour remonter le ballon et dans les trente derniers mètres adverses. Son entente sur le côté droit avec Hamari Traoré, qui portait le brassard de capitaine pour la première fois ce soir, est également à souligner et aurait pu mener à l'ouverture du score de Del Castillo (19e). Et que dire de cette passe entre les lignes pour Niang, qui a mené à une énorme occasion de Hunou (61e) ! Le Brésilien a même offert une passe décisive à Siebatcheu dans le temps additionnel (90+1e), pour ponctuer sa très belle prestation.

► Les Belfortains ont tout donné

Après avoir éliminé trois clubs professionnels (Montpellier, Nancy et le Gazélec Ajaccio), le parcours magique de Belfort s'arrête au stade des quarts de finale. Mais les hommes d'Anthony Hacquard n'ont pas démérité et ont su faire vibrer le stade Bonal. Les 20 000 spectateurs ont d'ailleurs ovationné ces joueurs amateurs dans le temps additionnel. Certains d'entre eux se sont mis en évidence, à l'image d'Eddy Ehlinger, auteurs de trois superbes parades et qui n'était pas loin de repousser le penalty de Niang. Le capitaine Thomas Régnier, l'attaquant Sofiane Bekkouche ou encore Bill Dago sur son côté droit ont montré de belles qualités.

à voir aussi Coupe de France : Belfort, croire en la magie sans rompre avec les valeurs Coupe de France : Belfort, croire en la magie sans rompre avec les valeurs

► Rennes peut encore y croire

Quatre jours après le départ d'Olivier Létang de la présidence du club, les Rennais ont, semble-t-il, bien digéré la nouvelle. Les hommes de Julien Stéphan rallient les demi-finales de la Coupe de France et peuvent encore espérer réaliser un doublé, après avoir remporté la compétition l'année dernière en finale contre le Paris Saint-Germain. Malgré ses deux derniers résultats décevants en Ligue 1, les Rennais occupent la 3e place du championnat et peuvent encore se qualifier pour la prochaine Ligue des champions. Tous les voyants sont donc au vert pour les Bretons, qui connaîtront jeudi soir leur adversaire des demi-finales.

Denis Menetrier @DMenetrier