Coupe de France Red Star St-Etienne Riki Cros
Duel entre le Stéphanois Riki et le joueur du Red Star Pierrick Cros | AFP - Franck Fife

Coupe de France: Le Red Star a vendu chèrement sa peau face à Saint-Etienne

Publié le , modifié le

La logique a été respectée mais l'AS Saint-Etienne a peiné face au Red Star pour se qualifier (2-1) en quarts de finale de la Coupe de France. Dans un match plus équilibré que prévu, le club de National a eu le mérite de revenir au score alors qu'il se trouvait en infériorité numérique après l'expulsion de Lelsch. Et c'est finalement un coup du sort, un but contre son camp de Cros qui a permis aux Verts de passer.

Avec 11 Coupes de France sur le terrain, cinq pour le Red Star (1921, 1922, 1923, 1928 et 1942), et six pour l'ASSE (1962, 1968, 1970, 1974, 1975 et 1977), les spectateurs du Stade Jean-Bouin pouvaient s'attendre à un match engagé, malgré l'état de la pelouse. Et ils ont été servis par les 22 acteurs dès les premières minutes de jeu.

Si sur le papier, les Verts se présentaient en favoris de cette rencontre face à l'actuel 3e du championnat de National. Mais Christophe Galtier a dû composer avec l'absence de nombreux joueurs clés, tels que Clerc, Cohade, Bayal Sall, Pogba ou encore Monnet-Paquet, et le match  était plutôt équilibré. L'attaquant audonien, Bouazza (ancien joueur d'Arles-Avignon, Birmingham ou encore Fulham), se mettait déjà en évidence mais Ruffier restait vigilant (7e).

Les joueurs de Sébastien Robert n'avaient pas à rougir de leur technique, et les Verts peinaient à mettre le pied sur le ballon. Mais une fois en place, Saint-Etienne se montrait menaçant. Allain recevait un premier avertissement sur une belle frappe de Nguemo (15e), mais coupable d'une sortie hasardeuse, le gardien du Red Star allait chercher le ballon au fond de ses cages, sur un but de Van Wolfswinkel (0-1, 18e).

Le rouge ​pour Lelsch

Et pour ne rien arranger, quelques minutes plus tard Lelsch était expulsé logiquement sur un tacle à hauteur du genou sur le buteur stéphanois. Alors que l'on pensait les Franciliens au fond du trou, Bouazza remettait les deux équipes à égalité sur une splendide reprise de volée (1-1, 28e). Le match était relancé, d'autant que le N.9 du Red Star passait tout près d'un doublé sur une passe en profondeur millimétrée de Makhedjouf, mais Ruffier s'interposait (33e).

A la pause, un certain François Hollande, président de la République de son état (et vrai fan de football), prenait place en tribune. Manque de chance pour lui, le spectacle avait perdu en intensité. En supériorité numérique, les Verts commençaient un travail d'usure, en laissant un peu plus jouer leurs adversaires. Les minutes s'égrainaient, et alors que l'on se dirigeait tout droit vers la prolongation, un centre de Mollo était dévié par Pierrick Cros et Allain était pris à contre-pied (1-2, 80e).

Le score ne bougeait plus et l'ASSE tenait sa qualification, prenant sa revanche sur cette même équipe qui l'avait éliminé à ce stade de la compétition il y a tout juste 15 ans (1-3 à Geoffroy-Guichard). Saint-Etienne peut donc encore caresser l'espoir de remporter une septième Coupe de France.

Romain Bonte