Metz-Brest 2
L'attaquant messin Yeni Ngbakoto pris dans la défense bresoise | AFP-Jean-Christophe Verhaegen

Coupe de France: Brest élimine Metz

Publié le , modifié le

Brest s'est qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de France en éliminant Metz aux tirs au but (4 tab à 3) au terme d'une rencontre très médiocre conclue sur le score de 0-0 à l'issue de la prolongation. Au tour suivant, le Stade Brestois se déplacera à Auxerre.

Dans des conditions météorologiques difficiles, on ne s'attendait pas à un match très enlevé entre Brest, 2e de Ligue 2, et Metz, qui se débat à la dernière place du championnat de L1, mais au moins pensait-on que l'enjeu, à savoir une étape supplémentaire dans l'aventure de la Coupe de France, aurait pour effet de dynamiser deux équipes pas si loin l'une de l'autre. 

Mais dans le froid du stade Saint-Symphorien, cette rencontre ennuyeuse, pauvre en possibilités de buts (Falette par deux fois, et Adnane côté brestois, et Krivets avant l'heure de jeu pour les Messins), n'a jamais donné de vrais frissons aux supporteurs, tant elle fut triste et manquant de rythme, marquée par de trop nombreux déchets techniques.

Entre des Messins maladroits et des Bretons qui ne semblaient pas vraiment concernés, la première période était assez indigente avec aucune occasion franche. Les Brestois ne se montraient dangereux que par à-coup tandis que les Lorrains étaient bien trop imprécis pour concrétiser leur domination  territoriale.
La donne ne changeait quasiment pas après la pause. La première véritable occasion lorraine était un belle frappe enroulée de Krivets sur laquelle Hartock devait se coucher (59e). La réplique brestoise était un tir d'Adnane  sur le poteau (71e). C'était quand même peu en 90 minutes...Les Mosellans avaient la plupart du temps le ballon dans les pieds mais ne savaient pas quoi en faire alors que les Bretons semblaient attendre un improbable miracle. La prolongation n'apportait aucun changement. Ni dans le jeu avec des Lorrains volontaires mais inoffensifs et des Brestois attentistes. Ni dans le  score.

Les deux formations se sont donc contentées d'un jeu minimaliste dans la prise de risque, plutôt défensif, et il était quasi logique que, après 120 minutes soporifiques, elles en soient réduites à jouer leur qualification à la loterie des tirs au but. Dans cette exercice, ce sont les pensionnaires de la L2 qui ont décroché leur billet. Avec un arrêt décisif de Hartock devant Choplin, Brest s'est offert une place en quarts de finale pour la première fois depuis 32 ans.... et l'espoir d'atteindre le dernier carré.

Christian Grégoire