Nimes - Ligue 2
Nimes - Ligue 2 | AFP - PASCAL GUYOT

Chauvigny avec les grands, Nîmes qualifié

Publié le , modifié le

Le premier exploit du 8e tour de la Coupe de France est venu vendredi de Chauvigny, équipe de Division d'Honneur, qui a sorti Châteauroux avec la manière 3-0. Dans les autres au programme, le derby breton est revenu à Vannes (L2) devant Guingamp (National) 3-2, alors que la seule opposition entre formations de Ligue 2 a vu la victoire de Nîmes devant Istres 3-2.

L'équipe de de Chauvigny (DH) a créé la première sensation du 8e tour de la Coupe de France en éliminant fort logiquement Châteauroux, sur le score sans appel de 3-0.sur la pelouse de Chatellerault. Chauvigny, qui n'avait plus disputé un match depuis trois semaines, a fait preuve de fraîcheur pour surprendre, la Berrichonne, qui occupe actuellement la 7e place de L2. Les amateurs poitevins ont crânement joué leur chance, à l'image de Steven Vergerolle, auteur de buts et héros de la soirée. Les joueurs de la Vienne surprenaient d'abord les Castelroussins en ouvrantla marque dès la 29e minute par un but du défenseur Mickaël Champaux, enembuscade sur un corner. Chauvigny dominait les débats face à des pensionnaires de L2 qui ne parvenaient pas à se créer d'occasions et subissait le jeu alerte de leurs adversaires. A l'heure de jeu, les hommes de Chauvigny qui prenaient confiance face à la réaction bien molle des professionnels de Didier Tholot, doublaient la mise par StevenVergerolle, le frère de l'attaquant du Mans, auteur d'un exploit personnel (57e). Débordé, Châteauroux allait encaisser un troisième but par le mêmeVergerolle, héros de la soirée (65e). L'attaquant de Chauvigny profitait d'uneerreur défensive des Berrichons pour parachever un succès inattendu mais qui, vu son ampleur, est tout à fait mérité.

Dans un derby breton très attendu, cette fois la hiérarchie n'a pas été bousculée au stade de la Rabine. Même si l'équipe de Vannes a bien du mal dans son championnat de L2, elle a su trouver des ressources pour sortir le vainqueur de la Coupe de France 2009. Si l''En Avant Guingamp, qui depuis cette période, évolue en National, reste cependant une équipe de Coupe, les Vannetais ont entrer tout de suite dans la partie, et obtenir un pénaltys transformé par Gaffory dès la 6e minute. L'attaquant morbihanais doublait la mise à la demie-heure de jeu, deux minutes après que El-Jadeyaioui ait égalisé pour les Gungampais. En inscrivant un 3e but par Delhommeau en deuxième période, le VOC pensait avait fait le plus dur. Mais un pénalty réussi par Thibaut Girsse, côté En Avant, à quatre minutes de la fin, a fait monté la température de la la rencontre, et jusqu'au coup de sifflet les Vannetais se sont appliqués à conserver leur avantage.

Un troisième match était au programme vendredi, le plus huppé de ce 8e tour puisque il opposait Nîmes à Istres, deux formations au coude à coude dans la dernier partie du tableau de  Ligue 2. Une opposition donc pour laquelle il fallait bien un vainqueur. Les Nîmois ont ouvert la marque par Benezet mais Nouri égalisait peut après. Les Istréens prenaient ensuite l'avantage et semblaient avoir la mainmise sur la rencontre puisqu'ils menaient 2-1 à un quart d'heure de la fin. Mais les Crocodiles ont renversé la tendance dans les dernière minutes pour sauver la situation. D'abord par Moulandjo puis en toute fin de partie un centre nîmois contré par Kehiha dans ses propres buts. Les Nîmois s'en sortaient bien.

En revanche, au coup de sifflet final, le portier d'Istres, Michaël Ménétrier, 32 ans, a été agressé par cinq supporteurs locaux ayant pénétré sur la pelouse. Une bagarre a alors éclaté entre eux et des joueurs d'Istres venus soutenir leur gardien. "C'est inadmissible, on se doutait bien que ce match allait être à hauts risques pour Michaël Ménétrier", a dénoncé Nicolas Usaï, entraîneur adjoint d'Istres, expliquant que le gardien avait un contentieux depuis plusieurs années avec les supporteurs nîmois, remontant à l'époque où il jouait pour Boulogne-sur-Mer. "Sur un tel match, la sécurité aurait dû être un peu plus conséquente. Je  pense qu'on n'en restera pas là au niveau des procédures", a-t-il ajouté, précisant que le club déciderait ce week-end d'un éventuel dépôt de plainte par  le joueur, et d'un recours auprès de la Fédération française de football.  "Je désapprouve totalement ce qui s'est passé et j'ai présenté mes excuses aux dirigeants istréens", a déclaré de son côté Jean-Louis Gazeau, président du Nîmes Olympique. Le club s'attend à être sanctionné (suspension de terrain ou match à huis  clos) mais pas sur le résultat sportif dans la mesure où l'incident est survenu alors que le match était terminé.