Cédric Carrasso (Bordeaux)
Cédric Carrasso (Bordeaux) | PIERRE ANDRIEU / AFP

Carrasso: "Le piège serait de se projeter"

Publié le , modifié le

Le gardien de Bordeaux Cédric Carrasso, qui disputera mardi à Troyes (20h55) sa quatrième demi-finale de Coupe de France, a déclaré dimanche que "le piège serait de se projeter" en finale et de "croire que ça va être facile" contre l'actuel 19e de Ligue 1.

Bordeaux pense à ce match depuis longtemps...
"Cela ne sert à rien d'y penser avant. On y est, c'est un match  important qui va être compliqué car on ne joue pas le 20e de L1 mais une  demi-finale de Coupe de France. Des demies, j'en ai connu trois déjà avec un  scénario différent à chaque fois. J'en ai gagné deux, 3-0, à domicile avec  Marseille, et j'en ai perdu une à la maison avec Toulouse, contre Guingamp, une  L2. Il n'y a pas de vérité à ce niveau-là, c'est du 50-50, il faut se préparer.  C'est le match qui va rythmer notre fin de saison."

La vaillance défensive vue à Saint-Étienne est-elle de bon augure pour  mardi?
"C'est la base. On est beaucoup critiqué sur notre manque d'efficacité  et la Coupe de France fait partie des compétitions que tu peux gagner sans  marquer de buts (rires). Jusqu'à présent, il y a eu des buts mais là, ça va  être assez tendu. Je ne sais pas du tout à quoi m'attendre, on a beaucoup  d'incertitudes, on n'a pas un effectif au complet, c'est un peu l'inconnu."

En quoi la préparation d'un match de Coupe de France diffère-t-elle de  celle d'un match de L1?
"La différence, c'est que tu n'as pas de rattrapage. Tu as l'objectif  d'aller au Stade de France, surtout pour Bordeaux qui attend ça depuis un  moment (1987, ndlr). Aller au Stade de France permet d'avoir une fin de saison  super excitante et ne pas être en roue libre. La Coupe de France, c'est  mythique. Il y a eu des Coupes de la Ligue qui ont été gagnées, c'est bien,  mais ça n'a pas la même saveur."

Le fait que Bordeaux ne l'ai pas gagnée depuis longtemps...
(Il coupe) "Ca, on en reparlera après mardi, si cela doit bien se  passer. Le piège de cette Coupe de France, je l'ai connu avec Toulouse, c'est  de se projeter. Les Troyens, sur la longueur en L1, ils souffrent mais en  Coupe, ils réussissent car ils ont des joueurs comme Nivet, Bréchet qui  connaissent ce genre de rencontres. Tu ne peux pas l'enlever. Quand je vois  Evian TG, ils ont beaucoup de joueurs d'expérience, des mecs comme Barbosa. Ce  sont des équipes qui n'ont pas un avantage sur nous mais pas loin. Il ne faut  pas se tromper et croire que ça va être facile."

Comment qualifieriez-vous votre parcours?
"Bizarre, toujours à l'arraché depuis le début. C'est la première fois  que ce n'est pas net. D'habitude, tu as des victoires nettes, là tu as une  mi-temps ratée à Lens (3-2), derrière tu fais des choses bien puis tu te mets  la pression jusqu'au bout. Raon-L'Étape (2-2, 5 t.a.b. 3), c'était assez  compliqué, Châteauroux (3-2), on doit perdre et on gagne à la fin, Moulins  (2-1) c'est pareil. Le parcours est bizarre, on va le laisser dans le bizarre."  

Propos recueillis en conférence de presse.

AFP