Lens-Bordeaux
Ludovic Obraniak (Bordeaux) face à Yohan Demont | AFP - PHILIPPE HUGUEN

Bordeaux peut croire en la Coupe

Publié le , modifié le

Quasiment hors-course pour l'Europe en championnat, Bordeaux peut miser tous ses espoirs sur la Coupe de France après sa victoire (2-3) à Lens mercredi en quarts de finale. Longtemps menés 1-0, les Girondins ont d'abord égalisé à l'heure de jeu avant de faire le break en fin de match sur un doublé de Diabaté.

Les Bordelais n'ont pourtant pas survolé les débats face à des Lensois entreprenants, qui avaient à coeur de sauver leur saison, mais ils ont su accélérer au moment opportun en faisant valoir davantage d'expérience et d'efficacité, alors que leurs adversaires accusaient physiquement le coup.

En dépit d'un groupe rajeuni, les  hommes de Sikora ont pourtant tenu la dragée haute à des Bordelais pas souvent bien inspirés. Poussés par leur bouillant public, qui les avait accueillis avec deux  banderoles "Une coupe mythique, un stade historique" et "Ce soir rendez-nous  hystériques", les joueurs lensois ont bousculé les Girondins d'entrée avec un  gros pressing.

Faubert, à nouveau titularisé en défense centrale, a vécu un début de match  très difficile. Il s'est fait surprendre par Sow, qui s'est échappé côté gauche  mais a ensuite perdu son duel face à Carrasso (6e). Puis l'ancien joueur de  West Ham et du Real Madrid a manqué un dégagement, ce dont a profité  Nomenjanahary, tout surpris de l'offrande. L'attaquant de Lens envoyait le  ballon sur le poteau mais il rebondissait sur la jambe de Carrasso et entrait  dans le but (1-0, 11e).   Diminué par les suspensions (Fradj, Leghait et Yahia) et les blessures  (Ducasse, Le Moigne, Touzghar et Valdivia), Lens, 10e de L2, a livré un match  plein et a fait douter les Girondins.

Uniquement dangereux sur coups francs (Obraniak 32e et Sertic 44e), les  Bordelais sont revenus dans le match grâce à un nouveau bon coup franc de  Sertic en seconde période. Côté gauche, le milieu des Girondins, Lensois une  saison (2010-2011), a surpris Riou, qui n'a pu dévier suffisamment le ballon  (1-1, 59e). Rassurés par cette égalisation, les joueurs de Francis Gillot ont enfin  réussi à poser le jeu et sur un centre impeccable de Maurice-Belay, Diabaté a  trompé Riou de la tête (81e). L'attaquant malien a doublé la mise à la  réception d'un centre quelques minutes plus tard (85e). Les Lensois, qui pouvaient croire en leurs chances au regard de leur  première période, n'ont jamais abdiqué, même à 3-1 pour Bordeaux. Mais ils  n'ont pu que réduire le score, par Bergdich, d'un tir du gauche (3-2, 90+2). Il était trop tard pour revenir. 

Pourtant, dans un stade Bollaert très chaud, la fin de match a été enflammée avec cette réduction du score lensoise. Dans la foulée,  le gardien lensois Rudy Riou écopait d'un carton jaune pour une série aléatoire avec à la clé un pénalty pour les Bordelais. Mais Obraniak voyait son tir repoussé par Riou, ce qui permettait aux Lensois de quitter la Coupe sur un score honorable.

Christian Grégoire