Vincent Bessat Nantes
La joie de Vincent Bessat (Nantes) | PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Bessat et Nantes renversent Lyon

Publié le , modifié le

Un triplé de Vincent Bessat a permis au FC Nantes de sortir l'Olympique Lyonnais en seizièmes de finale de la Coupe de France au terme d'un match palpitant (3-2). Déjà éliminés en Coupe de la Ligue, les Rhodaniens se concentreront désormais sur le championnat.

Le FC Nantes, trop éloigné au classement pour viser une qualification directe en Coupe d'Europe via la Ligue 1, misait beaucoup sur les coupes nationales pour se frayer un chemin de traverse et donner un peu plus de piment à sa seconde partie de saison. Face à Lyon, cela s'est vu. Motivés et concentrés face à une équipe qui restait pourtant sur quatre succès de rang à l'extérieur, les Canaris ont su d'abord se relever de l'ouverture du score rapide de leurs adversaires avant de profiter d'un instant de grâce de Vincent Bessat pour faire douter les leaders de la Ligue 1. Cela n'a pas suffit puisque l'OL est parvenu à égaliser mais Bessat, encore lui, est ressorti de sa boîte au dernier moment pour signer un retentissant triplé. 

Bessat en apesanteur

Ces derniers avaient pourtant parfaitement entamé ce match, Hubert Fournier ayant prévenu que le meilleur moyen de continuer à progresser en championnat était de ne pas négliger les coupes. Alexandre Lacazette avait parfaitement compris le message. En pleine confiance depuis des mois, le prodige lyonnais attendait à peine cinq minutes, et une belle passe de Malbranque, pour ouvrir le score d'un intérieur du pied tranquille (0-1, 5e). Les Nantais, sonnés, allaient pourtant se réveiller en l'espace de deux minutes. Deux minutes où Vincent Bessat allait étaler toute sa classe, d'abord en crochetant son défenseur pour frapper en force (1-1, 19e) puis en doublant la mise d'une frappe croisée du gauche (2-1, 21e). Dans la foulée de cet instant euphorique, le FCNA aurait bien pu creuser le break mais Lopes s'interposait avec brio sur une tête à bout portant de Vizcarrando (34e).

Lyon avait finalement laissé passer l'orage et, grâce au talent de ses jeunes, parvenait à revenir au score par l'intermédiaire de Fekir qui, avec le sang-froid d'un vieux briscard, éliminait Dupé et marquait dans le but vide (2-2, 59e). Cependant, les hommes de Der Zakarian continuaient de faire jeu égal avec les Rhodaniens et Shechter manquait d'un rien l'occasion de redonner l'avantage aux siens d'une tête piquée à bout portant (69e). Le rythme ne faiblissait pas et les deux formations attaquaient à tout va à l'image de cet enchaînement encore remarquable de Lacazette, seulement stoppé par l'intervention inspirée de Dupé (72e). Et alors que les prolongations pointaient leur ombre menaçante, Vincent Bessat surgissait de nouveau pour reprendre d'une somptueuse volée du gauche un centre de Nkoudou (3-2, 88e) pour offrir la qualification aux siens d'un geste de pure classe. Il fallait bien ça pour faire basculer ce seizième de finale indécis jusqu'au bout. 

Julien Lamotte