Thomas Mangani (Angers SCO) et ses coéquipiers
Thomas Mangani (Angers SCO) et ses coéquipiers | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Angers SCO en finale de la Coupe de France 60 ans après !

Publié le , modifié le

Angers SCO s’est qualifié pour la finale de la Coupe de France en venant à bout de Guingamp lors d’un derby de l’Ouest maîtrisé (2-0). Deux buts signés Mangani (38e) et Toko Ekambi (90e + 2) ont fait la différence pour les Angevins qui ont mérité leur victoire. Ils affronteront le 29 mai prochain le vainqueur du match PSG-Monaco qui se joue ce mercredi.

Angers a SCOré deux fois contre l’En Avant de Guingamp et ça a suffi au bonheur de tout le stade Raymond-Kopa excepté la poignée de supporters bretons qui avaient fait le déplacement pour cette demi-finale de Coupe de France. Soixante ans après la seule grande finale disputée par le club (une finale de Coupe de France perdue sur un score de rugby , 6-3, contre Toulouse), les Blanc et Noir vont retrouver l'atmosphère des grands rendez-vous pour une affiche de prestige au stade de France. 

Mangani met le SCO sur orbite​

Malgré une entame de match vivante et une volonté manifeste de porter le danger dans le camp adverse des deux côtés –avec davantage d’initiatives côté breton-, il fallait attendre la demi-heure de jeu pour assister à la première grosse occasion du match. Suite à un corner, Jimmy Briand profitait d’un cafouillage pour tenter sa chance d’un tir puissant contré par un tacle de Thomas. Dans la foulée, le SCO réagissait sur un beau contre : centre de Ndoye que Santamaria laisse passer pour Diédhiou dont le tir du gauche passait à côté (32e). Et Angers trouvait la faille cinq minutes plus tard : Marçal manquait son interception sur une feinte de Bamba côté droit. L’ancien Stéphanois repiquait vers l’axe et servait Mangani au cœur de la surface : le milieu angevin feintait Johnson et marquait dans le but vide malgré le tacle désespéré de Didot, pas loin de sauver les siens mais finalement impuissant (1-0, 38e). Toujours en contre, le club du Maine-et-Loire se procurait une dernière occasion avant la pause. Diédhiou tentait sa chance de loin et sa frappe détournée retombait sur Bérigaud qui tirait instantanément sur Johnson sorti promptement pour sauver son camp du K.O. (45e). Guingamp venait d’échapper au pire.

Letellier sauve les siens

Angers reprenait la deuxième période comme il avait terminé la première, avec la formule offensive. Dès la 47e, l’En Avant souffrait : Johnsson dégageait du poing devant Bérigaud mais le cuir revenait sur Mangani dont la reprise ratée profitait à Ndoye qui voyait sa tête frôler le poteau droit du but breton. Contrairement au premier acte, Guingamp subissait l’impact du pressing angevin. Les Rouge et Noir ne parvenaient pas à s’offrir une situation dangereuse durant plus d’une demi-heure. A la 77e, Salibur et Briand combinaient bien pour lancer Mendy dans la surface de réparation adverse, mais il était signalé hors-jeu. Un coup de théâtre survenait à la 86e minute avec un penalty accordé à Guingamp pour une main inexistante du capitaine Cheick Ndoye qui avait dévié le ballon de la poitrine. Mais Letellier sauvait le SCO en détournant sur son poteau le tir de Briand (88e). L’arrêt symbolisant la plus grande volonté d’Angers sur cette rencontre, à l’image du deuxième but inscrit par Toko Ekambi dans les arrêts de jeu (2-0).

Grégory Jouin @GregoryJouin