Les forces de l'ordre aux abords du Stade de France
Les forces de l'ordre aux abords du Stade de France | AFP

Angers - PSG: La Coupe de France sous haute sécurité

Publié le , modifié le

Six jours après l’attentat survenu à l’Arena de Manchester, le dispositif de sécurité mis en place aux abords du Stade de France a été sérieusement renforcé. En ce jour de finale de Coupe de France entre Angers et le PSG, difficile d’ignorer les très nombreuses forces de l’ordre et passer outre les tout aussi nombreux contrôles de sécurité.

Dès votre arrivée au Stade de France, que ce soit par transports en commun ou en voiture, vous comprenez rapidement que l’accès à votre strapontin ne se fera pas en 30 secondes… Une fois votre véhicule passé au peigne fin, boîte à gants et roue de secours comprises, vous vous heurtez à un nouveau barrage. « Ouvrez votre sac et enlevez votre casquette », nous demandent les agents de sécurité dès la sortie du parking.

Depuis un an et demi que la France se trouve en état d’urgence, chaque événement sportif bénéficie de mesures particulièrement drastiques en termes de sécurité, sans pour autant gâcher la fête. Une certaine tension est toutefois perceptible dans l’air de Saint-Denis, même si la chaleur étouffante régnant depuis le début de l’après-midi n’arrange rien. "Dans un contexte où la menace reste élevée", selon les termes utilisés par la préfecture, il est assez difficile de humer l’ambiance si particulière d’un jour de finale. Alors que l’événement approche, les chants de supporters sont assez rares, seules les buvettes amènent un peu d’animation. Ce qui est sûr, c’est que les regards sont attentifs, aussi bien ceux des forces de l'ordre que des spectateurs... Il y a bien sûr des sourires, de la bonne humeur, mais plus modérément que d'ordinaire. Il faut dire qu’avec des groupes de policiers tous les 50 mètres, difficile pour les fans de se lâcher complètement.

Au moment de présenter votre billet, on vous demande une nouvelle fois d’ouvrir –tous les compartiments de- votre sac, d’enlever votre casquette de subir une fouille au corps, et cinq mètres plus loin, de répéter la même opération ! Avec la présence du raid, d’agents du déminage et de policiers solidement armés, le "dispositif de sécurisation renforcé" annoncé, est bien au rendez-vous. Il faut sans doute apprendre à profiter autrement de ces belles journées de sport. Outre la menace terroriste, les autorités ont mis en avant la sécurisation générale de l'événement, afin de « prévenir les troubles et empêcher les débordements de supporters violents". Cet argument pouvait s’entendre l’an passé lors de la précédente finale opposant l’OM à ce même PSG, mais il semblait bien moins flagrant concernant les fans du SCO, moins hostiles à l'égard de leurs homologues parisiens...

Près de 2 500 personnes pour assurer la sécurité

Ce samedi, on pouvait dénombrer pas moins de 1.300 stadiers, près de 1.100 policiers et gendarmes incluant les agents du raid. Prenant en compte tout type de menace, un dispositif anti-drones a même été mis en place. En tout et pour tout, huit points de pré-filtrage ont été assurés par des agents de sécurité privée, lesquels ont été supervisés et renforcés par des fonctionnaires de police. Comme l’avait annoncé la préfecture de police, on a aussi pu constater des contrôles d'identité et des fouilles de sacs effectués aux abords immédiats du stade. Bon, une fois ces quelques contraintes passées, l'essentiel est à présent d'apprécier le spectacle !

Romain Bonte