Marseille Reims Coupe 05012014
Mario Lemina (à gauche) face à Antoine Devaux | AFP

32e de finale: OM-Reims: 2-0 (a.p)

Publié le , modifié le

Grâce à André-Pierre Gignac, double buteur en prolongations, l'Olympique de Marseille a mis au pas le Stade de Reims en 32e de finale de Coupe de France (2-0). Egalement qualifié pour les 1/4 de finale de Coupe de la Ligue, l'OM confirme que les coupes nationales lui vont mieux que le Championnat.

José Anigo avait appelé ses cadres et les onéreuses recrues estivales à prendre les choses en main. S'ils ont dû en passer par les prolongations pour faire chuter Reims, ses hommes semblent l'avoir entendu. Désigné leader de l'attaque phocéenne, André-Pierre Gignac s'est démené 120 minutes durant, livrant un duel homérique avec Johnny Placide. "Je suis satisfait de l'état d'esprit. Nous avons été très bien physiquement et Gignac a encore fait ses preuves. Il a été exemplaire ce soir", a reconnu le coach par intérim au sujet de son meilleur buteur. Dès la 1ère minute, le gardien rémois met en échec l'avant-centre international sur une tête à bout portant. A l'ultime minute du temps réglementaire, c'est encore le dernier rempart visiteur qui empêche APG de faire exploser un stade Vélodrome bien peu garni. Une minute auparavant, le portier haïtien avait fait de même avec Saber Khalifa, partenaire d'attaque du Martégal. A la réception d'un centre de Cheyrou, le Tunisien place deux fois sa tête mais rien n'y fait.

Le mur Placide cède

Vingt minutes plus tôt, Payet, servi par... Gignac avait connu le même sort. Finalement, l'adresse aura changé de camp en prolongations. Un centre de Mendy, une tête en retrait d'un Cheyrou omniprésent après son entrée en jeu, et Dédé ne manque pas le cadre, esseulé à 6 mètres des cages (1-0, 94e). A la 115e minute, Dimitri Payet remplace Mendy dans la chorégraphie. Cheyrou lui dépose le cuir sur la poitrine et le Réunionais l'offre à son attaquant (2-0, 115e). Cheyrou, Gignac, Payet, deux cadres et un joueur payé à prix d'or à l'été 2013 (12 millions d'euros)...

Avant sa passe décisive, l'ancien Lillois avait d'ailleurs manqué de peu de marquer le but de l'année. Sa reprise en demi-volée pied droit de 30 mètres venait fracasser la transversale rémoise (3e). Malgré le réveil de certains olympiens, la bonne entame de match et la victoire finale, tout n'a pas été parfait pour l'OM. Pour sa première titularisation dans les cages provençales depuis son arrivée en janvier 2013, le jeune Brice Samba a eu du pain sur la planche. Sans une splendide parade sur le coup-franc de Turan, sa faute de main en dehors de la surface aurait pu reléguer son cas au rang de flop (19e). Son magnifique arrêt de la jambe gauche sur une frappe de De Preville a convaincu du contraire (51e).

Une défense toujours friable

S'il a profité de la maladresse des attaquants adverses à quelques reprises (8e, 80e), son intervention sur un tir de près d'Oniangué ne doit rien au hasard (110e). A 19 ans, l'ancien Havrais a prouvé qu'il avait les épaules d'une solide doublure."Samba montre qu'il est le gardien de demain", a déclaré Anigo en forme d'hommage à l'issue du match. Une autre bonne nouvelle pour des Ciel et Blanc toujours en proie au doute et friables défensivement. Un secteur dans lequel l'entraîneur/directeur sportif et Labrune pourraient chercher à se renforcer. En attendant, l'Olympique de Marseille décroche sa place pour les 16e de finale de Coupe de France. Quart de finaliste de Coupe de la Ligue, ces compétitions pourraient lui permettre de rendre moins amère une éventuelle place hors du podium en fin de saison...

Les résultats des 32e de finale de Coupe de France

Jerome Carrere