PSG, Lavezzi, Cavani
Lavezzi et Cavani se congratulent avec leurs coéquipiers | FRED TANNEAU / AFP

32e de finale: Brest-PSG (2-5)

Publié le , modifié le

Sous la pluie et le vent, le PSG a été irrésistible sur la pelouse de Brest en 32e de finale de Coupe de France (2-5). Dans le sillage de Zlatan Ibrahimovic, auteur d'un triplé, les hommes de Laurent Blanc n'ont jamais tremblé pour mettre au pas des Bretons 15e de Ligue 2. En 16e, les Parisiens affronteront Montpellier.

Cela valait bien le coup d'attendre. Reporté dimanche puis mardi en raison d'intempéries ayant rendu la pelouse du stade Francis Le-Blé impraticable, le 32e de finale entre Brest et le PSG a offert un superbe spectacle ponctué par 7 buts. Dans cette orgie, Zlatan Ibrahimovic s'est taillé la part du lion avec trois réalisations. A l'image de son équipe, auteur d'une prestation tout en maîtrise sous la pluie bretonne, le Suédois n'a pas eu à forcer son talent pour mettre sous l'éteignoir une formation 15e de Ligue 2. Dès la 3e minute, l'ancien Milanais donnait le ton. Une petite remise brossée de l'extérieur du pied pour lober son adversaire, une passe aveugle sur la remise de son partenaire vers Maxwell puis une reprise demi-volée du coup du pied pour conclure l'offrande du latéral brésilien (0-1)...

Zlatan tue le match

Très inspiré, le côté gauche des champions de France en titre s'illustrait encore quelques minutes plus tard. Lavezzi servait Matuidi dans la profondeur. A l'arrachée, l'international français donnait un caviar à Thiago Motta (0-2, 15e). Alors qu'ils craignaient pour les conditions de jeu et l'état du terrain, les Parisiens réalisaient une entame de match canon sur une pelouse bien remise en état par les jardiniers brestois. Le spectre de la déculottée guettait les troupes d'Alex Dupont. Peu dangereuses, elles se rebellaient à la demi-heure de jeu. Profitant de mauvaises relances successives de la défense des leaders de la Ligue 1, Lesoimier propulsait le cuir dans la lucarne de Douchez, titulaire pour l'occasion (1-2, 33e). Un soubresaut plus qu'une résurrection. Six minutes plus tard, Ibra se retrouvait seul pour convertir un coup france de Thiago Motta en but (1-3, 39e). Histoire de clore définitivement les débats, "le Z", triplait sa mise personnelle à la réception d'une passe lumineuse de Cavani (1-4, 42e). 

Paris aime la Coupe de France

Dès le retour des vestiaires, un Lavezzi en jambes enfonçait le clou d'un tir croisé du gauche (1-5, 46e). Le devoir accompli, le PSG levait le pied. Son coup du chapeau entériné, l'artiste Ibrahimovic se retirait (63e). Dix minutes auparavant, son compère d'attaque, le "Matador" Cavani, avait trouvé le poteau de la tête. La réalisation de Jordan Ayité dans la dernière minute offrait une dernière occasion au stade Le-Blé de se lever (2-5, 89e). Vainqueur de la Coupe de France à huit reprises, le club du président Al-Khelaifi confirme son amour pour la "Vieille Dame." Depuis 24 ans, les Rouge et Bleu ont toujours franchi le cap des 32e de finale de la compétition. Et ils ont remporté trois des dix dernières éditions. Montpellier, leur adversaire en 16e de finale est prévenu... 

Jerome Carrere