Coronavirus : les matches des clubs chinois en Ligue des champions d'Asie reportés

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Prétexte ballon foot
. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Les matches des trois premières journées de la phase de poules de la zone Est de la Ligue des champions d'Asie, impliquant des clubs chinois, ont été reportés à avril et mai en raison du risque de propagation du coronavirus, a annoncé la Confédération asiatique de football (AFC) à Kuala Lumpur, mardi.

Ces rencontres devaient initialement avoir lieu en février et mars. "Dans un contexte difficile, nous nous sommes réunis afin de trouver des solutions qui nous permettent de jouer au football, tout en veillant à protéger la sûreté et la sécurité de tous les joueurs, officiels, parties prenantes et supporters", a déclaré le secrétaire général de l'AFC Windsor John à la sortie d'une réunion de trois heures avec les représentants de six fédérations nationales.

Les 8es de finale aller maintenus

Les clubs concernés sont australiens (Melbourne Victory, Perth Glory, Sydney FC), chinois (Beijing FC, Shanghai Shenhua, Shanghai SIPG, Guangzhou Evergrande), japonais (Vissel Kobe, FC Tokyo, Yokohama F. Marinos), sud-coréens (FC Séoul, Suwon Samsung Bluewings, Ulsan Hyundai FC, Jeonbuk Hyundai Motors FC), malaisien (Johor Darul Ta'zim) et thailandais (Chiangrai United's). Les huitièmes de finale aller et retour de la zone Est de la Ligue des champions d'Asie restent en revanche toujours programmés les week-ends des 16-17 juin et 23-24 juin.

Le coronavirus a infecté plus de 20.000 personnes et provoqué pour l'instant la mort de 425 personnes en Chine. Des cas de coronavirus ont été détectés dans 24 pays. Dimanche, la Fédération australienne (FFA) avait prévenu l'AFC qu'il n'était désormais plus possible de jouer la première journée de matches en Australie comme cela avait auparavant été envisagé, en raison des restrictions de voyage décidées la veille par son gouvernement. Samedi, le gouvernement australien a annoncé que les non-citoyens arrivant de Chine continentale ne pourraient plus entrer dans le pays en raison des mesures de lutte contre la propagation de l'épidémie.

AFP