Coronavirus - Arrêt des championnats : Le CS Sedan va contre-attaquer

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
supporters sedan
Les supporters sedanais sont en moyenne 2 500 par match. | Claude Lambert

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Deuxième du groupe A de National 2, le CS Sedan a dit adieu à ses ambitions de National 1 après l’arrêt du championnat 2019-2020. Après avoir longtemps mené les débats, les Sangliers pointaient à cinq points du leader, le SC Bastia, avant le début du confinement. Depuis l’annonce de la FFF, les Ardennais ont du mal à encaisser ce coup du sort. Et le président Marc Dubois n’a pas l’intention de se laisser faire. Au contraire, il s’apprête à contre-attaquer, en contestant la décision de la FFF devant le CNOSF. Il s’explique.

Après des semaines de concertation, la FFF a dû trancher concernant les fins de saisons des championnats amateurs. Ils ont été arrêtés. Mais cette sage décision ne convient évidemment pas à tout le monde, puisque après l’arrêt des compétitions, les classements ont ainsi été entérinés. Le début des problèmes. Dans le groupe A du National 2 (quatrième division), la situation est quelque peu délicate, puisque deux clubs historiques se battaient pour retrouver leur lustre d’antan : le SC Bastia et le CS Sedan. Or, la décision de la FFF entraîne la montée des Corses, leader, au détriment des Ardennais, qui ont longtemps mené les débats. Alors, forcément, les Sangliers ont du mal à l’accepter.

Une nouvelle bataille de Sedan

"On est très frustrés, surtout quand on voit notre parcours jusque la trêve. Un petit moment de faiblesse nous a coûté la première place, mais là on récupérait tous nos joueurs : tout était aligné pour qu’on rattrape Bastia", assure le président sedanais Marc Dubois. Mais ses joueurs n’auront pas l’occasion de lui donner raison sur le terrain, après l’arrêt du championnat. "La décision de la FFF est la plus mauvaise, injuste et simpliste. Pourquoi arrêter le championnat à ce moment-là et pas à un autre ? Ce n’est pas une décision très travaillée, pas assez réfléchie", fulmine le président du CSSA. 

à voir aussi Pour ses 100 ans, le CS Sedan à la recherche d'un nouveau souffle Pour ses 100 ans, le CS Sedan à la recherche d'un nouveau souffle

A ses yeux, le classement établi par le quotient nombre de points obtenus / nombre de matches joués jusqu’au 13 mars ne tient pas la route : "Il manque un tiers de la saison, toutes les équipes ne se sont pas affrontées deux fois. Et les matches sont joués dans un ordre aléatoire. Sans compter que, souvent, le sort d’une saison se joue dans les dernières journées. Il nous en restait 9, je suis sûr qu’on aurait dépassé Bastia" . 

Selon Marc Dubois, il y avait possibilité de rendre tout cela plus équitable : "On avait proposé à la FFF un système mélangeant plusieurs critères, dont le classement actuel et celui à la trêve de mi-saison, mais aussi les confrontations directes, les journées passées en têtes…"  Le président ardennais évoque aussi l’article 6 du règlement des compétitions : "Il départage les premiers en prenant compte des matches entre les six premières équipes". Mais toutes ces idées n’ont pas été retenues par la FFF, qui établit les classements sur la base de ceux datés du 13 mars, en calculant le quotient du nombre de points obtenus en fonction du nombre de matches joués. A ce petit jeu, ça se corse pour Sedan et son ratio de 2,28, face à Bastia et ses 2,52 points par match.

CNOSF, hypocrisie et solidarité

Battus, Marc Dubois et le CS Sedan n’ont pas l’intention d’abandonner. "On va faire appel au CNOSF, qui émet un avis consultatif, pour dénoncer cette décision qu’on juge prise selon trop peu de critères, et donc injuste. Ensuite, on ira ou non devant le tribunal administratif, avec d’autres clubs, ou seul s’il le faut", promet le président du CSSA. Plus que les intérêts de son club, il s’agit de défendre une notion d’équité assure Marc Dubois : "Ce qui prévaut c’est l’esprit sportif et l’équité, et là ces éléments n’y sont pas. Je cherche à gagner à la régulière. Je rappelle que dans les critères qu’on proposait, il y avait le classement actuel, défavorable à Sedan. Après, ce n’est pas de ma faute si Sedan remplit ces critères objectifs en majorité. On a fait une saison superbe, donc c’est logique. Le classement au 13 mars c’est un critère parmi d’autres qui ne vaut rien sans les autres"

Je ne connais pas un club qui dans notre situation ne contesterait pas. (...) C’est de l’hypocrisie de nous tomber dessus, tout le monde ferait ça.

Et en déposant ce recours contre la FFF, le CS Sedan ne craint pas d’être pointé du doigt : "Si les positions étaient inversées, les recours seraient les mêmes. Le sport, c’est de la compétition. Je ne connais pas un club qui dans notre situation ne contesterait pas. Quand on est dos à dos, s’il faut passer par la Justice, on y va. Ça me parait naturel de se battre pour faire prévaloir ses droits et valeurs. C’est de l’hypocrisie de nous tomber dessus, tout le monde ferait ça", analyse Marc Dubois. "Je m’en fous complètement, ils font ce qu’ils veulent. Ils sont dans leur droit", a d’ailleurs reconnu Mathieu Chabert, entraîneur du SC Bastia, lors d’un live instagram.

à voir aussi Sedan-Bastia, choc d'historiques au pays des amateurs  Sedan-Bastia, choc d'historiques au pays des amateurs 

Pour le CS Sedan et son président, la décision de la FFF, qu’ils jugent fondée sur des mauvais critères, est donc injuste. "Si on nous avait donné une solution équitable, on ne ferait pas le recours. Après, pour faire changer d’avis la FFF en 15 jours, il faudrait qu’il y ait beaucoup de recours. Les décisions de justice qui sont sorties ont pris du temps, c’est un processus long qu’on fait pour le principe. Sportivement on se prépare à la N2, car on sait que si on nous donne raison, la saison aura déjà commencé depuis longtemps", reconnaît le président du club. Autre piste étudiée par le club ardennais : un recours devant la DNCG, qui aurait été plus clémente envers le SC Bastia, selon certains Sangliers…