Copa Libertadores : La finale retour River-Boca ne se jouera pas en Argentine

Publié le , modifié le

Auteur·e : Emilien Diaz
La Bombonera de Buenos Aires
La Bombonera de Buenos Aires | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Suite aux incidents violents survenus samedi avant la finale retour de Copa Libertadores entre River Plate et Boca Juniors, la confédération sud-américaine de football (CONMEBOL) a décidé que le match se jouerait finalement sur terrain neutre, hors Argentine, afin d'assurer au mieux l'équité entre les deux équipes.

Il n'y aura pas de finale retour à l'Estadio Monumental de Buenos Aires. Suite aux incidents survenus samedi aux abord du stade de River Plate, la CONMEBOL a décidé que le match retour se jouerait hors de l'Argentine, sur terrain neutre, le 8 ou le 9 décembre. "Il est plus prudent que le match ne se joue pas en Argentine. La finale se jouera le 8 ou le 9 décembre, dans un lieu à définir par l'administration de la Conmebol", a annoncé dans un communiqué publié sur twitter l'instance qui gère le football sud-américain. 

"Les conditions ne sont pas réunies pour que la finale se joue en Argentine", a précisé peu après le président de la Conmebol Alejandro Dominguez, qui recevait ce mardi à Asuncion les présidents des deux clubs,  Rodolfo D'Onofrio pour River et Daniel Angelici pour Boca. Une rencontre très attendue qui devait permettre aux deux clubs de trouver un consensus. Mission difficile puisque d'un côté, le président de River Plate a affirmé qu'il souhaitait bien jour la finale retour dans son stade, et de l'autre, celui de Boca a demandé une victoire sur tapis vert, attisant ainsi la colère de son homologue. 

La décision a finalement été prise de déplacer la rencontre en dehors du pays, afin d'assurer l'équité entre les deux équipes. Rappelons tout de même que plusieurs joueurs de Boca, dont le capitaine Pablo Pérez, ont été sérieusement blessés après les incidents visant le bus de l'équipe. Le match retour se jouera donc le 8 ou le 9 décembre dans un lieu qui n'a pas encore été dévoilé. Il pourrait s'agir d'Abou Dabi : la capitale des Emirats Arabes Unis doit en effet accueillir quelques jours plus tard la phase finale de la Coupe du monde des clubs, à laquelle participera le vainqueur de la Copa Libertadores.