Copa Libertadores : La finale retour reportée à demain après des incidents violents

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Le bus de Boca Juniors
Le bus de Boca Juniors caillassé lors de son arrivée au stade | AFP

Après trois heures d'attente, la finale de la Copa Libertadores entre Boca Juniors et River Plate a finalement été reportée à demain, 21h. Le caillassage du bus de Boca lors de l'arrivée des joueurs à l'Estadio Monumental a incité les deux clubs à demander le report du match, alors que la CONMEBOL était prête à laisser la finale se jouer ce soir. Deux joueurs de Boca, dont le capitaine Pablo Pérez, ont été blessés à l’œil et transportés à l'hôpital. Les 61 000 spectateurs du stade mythique de Buenos Aires avaient tous pris place en tribune avant de devoir quitter l'enceinte. C'est après plus de 2h30 d'incertitudes que la décision a finalement été prise de repousser le match à demain.

Le bus de Boca Juniors caillassé

Le bus de Boca a été la cible de jets de pierre et de gaz lacrymogène alors qu'il avançait vers le stade Monumental. Plusieurs joueurs ont été blessés. Des affrontements ont également opposé la police à des supporters en dehors de l'enceinte. "Je tiens à féliciter les deux présidents car il y a eu entre eux un pacte de gentlemen, car dans ces conditions, le jeu était dénaturé. L'un ne peut pas jouer et l'autre ne veut pas jouer contre un rival qui n'est pas en condition", a déclaré le président de la Conmebol, Alejandro Dominguez. "Nous ne sommes pas en condition de jouer, on nous oblige à jouer la rencontre", s'était plaint l'attaquant de Boca juniors Carlos Tevez, avant d'apprendre le report.

La police débordée

Des joueurs sont sortis de l'autocar en toussant, les yeux irrités. "Ils nous ont jeté de tout", a déclaré à des journalistes le capitaine Pablo Pérez. Selon la chaîne d'information TN, il a été conduit dans un hôpital pour un examen médical. Pablo Pérez a été légèrement blessé au bras et, après un passage dans un hôpital de Buenos Aires, il a été vu portant un cache à l'oeil gauche, irrité par les gaz. "On nous a jeté des gaz, des pierres, des bâtons, il y avait de tout dans le bus", a confié le défenseur central de Boca, Carlos Izquierdoz. Un dirigeant de Boca a précisé aux journalistes que "la police avait été débordée face au vandalisme et a dû disperser les supporters de River avec des gaz lacrymogènes, qui en raison du vent et des fenêtres cassées ont pénétré dans l'autocar".

Samedi pendant plusieurs heures, les plus de 60.000 spectateurs déjà installés dans le Stade Monumental ont attendu le verdict de l'instance sud-américaine. Les matches entre River Plate et Boca Juniors, les grands rivaux du football argentin, sont généralement explosifs. En 2015, un huitième de finale de Copa Libertadores Boca-River a été interrompu à la mi-temps après que des joueurs de River ont été aspergés d'un gaz irritant dans le tunnel menant des vestiaires à la pelouse. River avait gagné le match sur tapis vert. Les affrontements entre supporters sont tels en Argentine que depuis 2013, les matches se disputent sans public visiteur, pour limiter les risques d'incidents. Lors de la finale aller sur la pelouse de Boca, les deux équipes ont fait match nul 2 à 2. La première manche de la finale avait déjà été reportée du 10 au 11 en raison de pluies diluviennes sur la capitale argentine.

France tv sport francetvsport