L'Argentine et le Chili en demi-finale

L'Argentine et le Chili en demi-finale

Publié le , modifié le

L'Argentine a mis fin à la belle épopée du Venezuela dans la Copa America 2016 et s'est qualifiée pour le dernier carré grâce à son net succès 4 à 1 avec un but de Lionel Messi, son 54e en sélection, samedi à Foxborough (Massachusetts). Le Chili a aussi décroché son billet grâce à une victoire aussi écrasante que surprenante sur le Mesique (7-0) à Santa Clara (Californie) avec notamment quatre buts d'Eduardo Vargas.

En demi-finale, l'Argentine, en quête de son premier titre depuis 1993 après ses échecs en finale du Mondial-2014 et de la Copa America 2015, sera opposée dès mardi aux Etats-Unis, vainqueurs de l'Equateur (2-1) en quarts de finale jeudi. Sa star Lionel Messi, pour sa première titularisation du tournoi, a été sans pitié avec la "Vinotinto": il s'est notamment offert, avec son 54e but en sélection, un énième titre, celui de meilleur buteur de l'histoire de l'Albiceleste, partagé pour le moment avec Gabriel Batistuta. "Je suis fier d'avoir mon nom aux côtés de celui de +Batigol+ (le surnom de Batistuta, NDLR), mais le plus important pour moi est le résultat de ce soir", a souligné "la Pulga" (littéralement "la puce"). "J'ai l'impression que les gens pensent que c'est normal qu'on ait disputé deux finales de suite et ne se focalisent que sur les défaites. Disputer une nouvelle demi-finale d'un grand tournoi est quelque chose de grand", a-t-il insisté.

Le Chili ramène le Mexique sur terre

Devant 80.000 spectateurs du Levi's Stadium tout acquis à sa cause, le Mexique est tombé de très haut face au tenant du titre, emmené par l'impressionnant trio offensif Arturo Vidal-Alexis Sanchez-Eduardo Vargas.
Sa série de 22 victoires consécutives sans défaite, la plus longue du football mondial jusqu'à samedi, a volé en éclats et n'a pas pesé lourd face au Chili, bien plus séduisant et tranchant que lors de la phase de poules. Le sélectionneur colombien du Mexique Juan Carlos Osorio, en poste depuis octobre 2015, a présenté ses excuses au peuple mexicain: "Ce qui s'est passé (samedi) est une honte, un accident du football", a-t-il admis.

AFP

Copa America