Ginola
Le Français David Ginola est candidat à la présidence de la FIFA. | FRANCK FIFE / AFP

Confusion autour de Ginola

Publié le , modifié le

Le site "Team Ginola", mis en place pour financer la campagne de David Ginola à la présidentielle Fifa, a annoncé son arrêt et le retour de l'argent à leurs donateurs, l'entourage de l'ex-joueur du PSG faisant savoir qu'il ne retirait pas pour autant sa candidature.

"Un grand merci pour avoir soutenu Team Ginola, peut-on lire sur le site.  La page de levée de fonds est maintenant fermée. Tous les dons seront  retournés. La campagne pour le changement continue." A la question David Ginola retire-t-il sa candidature ?, son entourage a  répondu à l'AFP d'un laconique "non", sans donner d'autres précisions. A la fermeture du site, seulement 11% (256.316 livres) de la somme visée  (2,3 millions de livres, environ trois millions d'euros) avaient été atteints  jeudi soir, date limite du dépôt des candidatures à la Fifa. Outre Ginola, se sont aussi déclarés: Joseph Blatter, président en exercice  et grand favori, Michael Van Praag, président de la Fédération néerlandaise, le  prince jordanien Ali bin Al Hussein, un des vice-présidents de la Fifa,  l'ancien Ballon d'Or portugais Luis Figo et Jérôme Champagne, ex-vice  secrétaire général de la Fifa.

Plus tard dans la soirée, David Ginola a annoncé qu'il  n'avait pas abandonné la course à la présidence Fifa, attendant même le verdict  pour savoir si sa candidature serait validée ou pas, aux alentours du 8 février. "Je n'abandonne pas, je suis toujours dans la course pour relancer le  football ! Je n'abandonnerai pas... Les résultats (sur les candidatures  validées ou pas) ne seront peut-être pas connues avant le 8 février", écrit-il  sur son compte twitter.

La commission électorale de la Fifa doit en effet valider, ou non, les  candidatures qui devaient être déposées au plus tard jeudi à minuit. Cette  commission s'est donnée un délai de 10 jours pour le faire, selon une source  proche du dossier interrogée par l'AFP. Pour qu'une candidature soit validée, il faut notamment avoir joué un rôle  actif dans l'administration du football, à l'échelon national ou international,  pendant deux de ces cinq dernières années, et avoir cinq parrainages de  fédérations membres de la Fifa (209 au total).

AFP