Le président de la Fifa, Gianni Infantino
Le président de la Fifa, Gianni Infantino | AFP - ALBERTO PIZZOLI

"Confiante", la Fifa se prononcera le 3 mars sur l'arbitrage vidéo

Publié le

Le président de la Fifa, Gianni Infantino, s'est dit "confiant et positif" au sujet de l'arbitrage vidéo (VAR) jeudi, alors que le Board, l'instance garante des lois du jeu, doit décider le 3 mars prochain si la vidéo sera ou non utilisée lors de la Coupe du monde en Russie. "Le 3 mars, nous déciderons si l'arbitrage vidéo fera partie des lois du jeu et deviendra une aide officielle pour les arbitres", a déclaré le patron de la Fifa aux journalistes lors d'une conférence de presse à Hanoï.

"En 2018, nous ne pouvons plus nous permettre que tous les gens dans le stade et tous les gens devant un écran de télévision puissent voir en quelques minutes si l'arbitre a fait une grosse erreur ou pas, et que le seul qui ne puisse pas le voir soit l'arbitre. Donc, si nous pouvons aider l'arbitre, nous devrions le faire", a-t-il ajouté.

Infantino, qui s'est toujours affiché comme un défenseur du système, s'est dit "confiant et positif" avant la réunion du Board, le 3 mars à Zurich. Ces derniers mois, même si tout le monde s'accorde à reconnaître que la VAR limite le nombre d'erreurs d'arbitrage, elle n'a pas empêché les polémiques notamment en Allemagne et en Italie, où le système est testé.

Déjà des erreurs...

Cette saison, les débuts de la VAR en Bundesliga et en Serie A ont été marqués par quelques erreurs, des confusions, des décisions incomprises par le public et, au début surtout, par de longues interruptions du jeu liées à l'inexpérience des équipes arbitrales.

Gianni Infantino qui se rend au Cambodge vendredi a rencontré au Vietnam l'équipe nationale des moins de 23 ans qui s'est récemment inclinée en finale de la Confédération asiatique de football (AFC). Le Mondial-2018 aura lieu en Russie du 14 juin-15 juillet.
 

AFP