PSG - Ménez
Le joueur du PSG Jérémy Ménez en discussion avec son coéquipier Blaise Matuidi | AFP - FRANCK FIFE

Clubs:vers la fin la fin des subventions

Publié le , modifié le

Des sénateurs préconisent la suppression des subventions allouées par les collectivités territoriales aux clubs de football de Ligue 1 et de rugby de Top 14, dans le cadre d'une mission d'information sur le sujet. Cette proposition figure parmi les 30 dévoilées mercredi par la mission commune d'information sur le sport professionnel et les collectivités territoriales.

"Ces subventions représentent désormais peu pour ces clubs, en moyenne  entre 2% à 4% de leur fonctionnement annuel", a développé mercredi le sénateur  UMP Michel Savin, président de la mission. Elles s'élèvent à 57 M EUR par an dont 32 M alloués aux 20 clubs de L1 et  25 M aux 14 clubs du Top 14.

"Est-il encore légitime d'aider le sport business ?", s'est interrogé à ses  côtés Stéphane Mazars (RDSE), rapporteur de cette mission. Il n'est cependant  "pas question, pour l'ensemble des sports professionnels, de mettre fin  brutalement à l'actuel système", a-t-il tempéré, "une minorité de sports  professionnels étant capables de s'autofinancer sans aide publique".

"Une remise à plat est urgente"

Les sénateurs ont surtout souhaité faire un "état des lieux des relations"  entre collectivités et clubs pros, à l'heure où les contingences budgétaires  obligent aux économies. Ils rappellent que pour l'exercice 2011-2012, "le montant moyen de  subventions publiques locales par club professionnel s'élevait à plus de  800.000 euros, et le total des subventions atteignait près de 157 M EUR".

"Pour les collectivités territoriales, une remise à plat est urgente, car  elles assurent 30% de la dépense sportive globale contre seulement 9% pour les  entreprises privées. (...) Elles sont en outre propriétaires de 80% du parc  sportif", a noté Stéphane Mazars. "L'équipement sportif doit être conçu comme un actif", a-t-il souligné, en  proposant de transférer les subventions de fonctionnement "vers  l'investissement afin de permettre aux clubs de devenir propriétaires de leurs  stades" ou salles. 

La mission note aussi que le soutien des collectivités est "diffus et  désordonné". Elle préconise donc la création "d'une autorité administrative  indépendante" qui regrouperait "le pouvoir de régulation et la supervision du  contrôle de gestion", intégrant par exemple la Direction nationale de contrôle  et gestion (DNCG). Les membres de la mission ont demandé l'inscription de leurs travaux à  l'ordre du jour du Sénat en juin, en vue d'un débat "en séance en présence du  ministre des Sports".

AFP