Clément Turpin : "Les arbitres seront vigilants et joueront le jeu dans ce match contre le virus"

Publié le , modifié le

Auteur·e : Fabien Lévêque
Clément Turpin

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Clément Turpin, confiné chez lui en Saône-et-Loire, profite de sa famille mais prépare en même temps son retour sur le terrain. Il s'est confié à Fabien Lévêque.

Où êtes-vous confiné ?
Clément Turpin :
"Je suis avec ma famille en Saône-et-Loire."

Que font les arbitres alors que la Ligue 1 est à l'arrêt ?
CT :
"Ils se préparent ! Le sifflet est évidemment rangé, je ressortirai le matériel le moment venu."

Comment gardez-vous les réflexes d'arbitrage pendant le confinement ?
CT :
"Je travaille en vidéo test et en visio-conférence. J'oeuvre aussi avec les instances européennes qui nous envoient beaucoup de devoirs à la maison. Cela nous permet de rester en lien avec la "ligne technique". C'est-à-dire avoir les bons réflexes, les bons repères en management, en gestion et en lecture du jeu."

"Ce qui me manque ? Les collègues, la pression, l'adrénaline..."

Avez-vous la VAR à la maison ?
CT :
 "J'ai mieux ! Mon épouse et mes trois enfants !"

Accordez-vous du temps additionnel aux écrans ?
CT :
"Il dépend surtout de la qualité du travail réalisé le matin !"

Qu'est-ce qui vous manque le plus ?
CT :
"L'odeur du vestiaire (rires) ! Le fait de retrouver les collègues, la pression montante, l'adrénaline qui fait la nature du sport. Je pense que c'est cela qui manque à tout le monde."

Vous voyez le sport comme une drogue ?
CT :
"Complètement ! Heureusement que je peux courir autour de chez moi dans la campagne, sinon je grimperais au rideau."

Quelles seront les mesures de protection pour les arbitres à la reprise ?
CT :
"Les mêmes que pour les joueurs. Je serai attentif aux mesures annoncées. Les arbitres seront vigilants et joueront le jeu dans ce match contre le virus."

"Cela faisait 15 ans que je n'avais pas dormi 30 jours d'affilée chez moi !"

Relativisez-vous pendant cette période ?
CT :
"Oui, pendant un, deux mois, j'ai mis le bouton stop en terme de voyages. Un arbitre réalise entre 150 à 200 nuits dans la saison en dehors de chez lui. On a une vraie vie de nomade ! J'ai réfléchi, mais cela faisait 15 ans que je n'avais pas dormi 30 jours d'affilée chez moi !"

Il me semble que vous avez créé un espace de jeu particulier dans votre jardin ?
CT :
"J'ai la chance d'avoir un jardin dans la maison. J'organise des parties endiablées de tennis avec mes enfants !"

Vivement Wimbledon en Bourgogne !
CT :
"Le monde du tennis est le bienvenu en tout cas ! Il y a un terrain en herbe en Saône-et-Loire qui peut les accueillir."

Un message à communiquer ?
CT :
"Courage et patience !" Ce n'est pas simple mais il faut être convaincu que le match sera gagné ensemble. Il faut être optimiste."

Fabien Lévêque FabLeveque