chelsea lampard mikel benfica 042012
chelsea lampard mikel benfica 042012 | AFP - GLYN KIRK

Chelsea sera de la fête

Publié le , modifié le

A 11 contre 10, Chelsea a dû attendre la dernière minute des arrêts de jeu pour valider sa qualification pour les demi-finales de la Ligue des champions, mercredi à Stamford Bridge. Les Blues ont disposé de Benfica 2-1 sur un but du Portugais Raul Meireles. Pour leur 6e demi-finale en neuf ans, les Londoniens retrouveront le FC Barcelone. Match aller le 18 avril à Londres.

Pour la sixième fois en neuf ans, Chelsea sera du dernier carré de la Ligue des champions. Une première depuis 2009 et son élimination… par le FC Barcelone (0-0, 1-1). Un flashback en vue pour les Blues qui retrouveront les tenants du titre le 18 avril prochain à Stamford Bridge pour le premier round et des envies de revanche après un match retour au finish tumultueux avec sept minutes d'arrêt de jeu et un but qualificatif d'Iniesta (90+3).

Il n'était donc pas question pour les hommes de Roberto Di Matteo de rater ce rendez-vous. Fort de son avance à l'issue du match aller au Stadio de la Luz (1-0, but de Kalou), Chelsea a longtemps cru tenir confortablement sa qualification alors que Frank Lampard ouvrait la marque sur penalty après une faute de Javi Garcia sur Ashley Cole dans la surface (1-0, 21e). Les Blues avaient laissé passer l'orage de début de match et le pressing infernal de Benfica, contraint d'attaquer pour éviter aussi aux Anglais d'aller titiller une défense remaniée pour cause d'infirmerie pleine (Garay, Vitor, Jardel, Luisao). Les joueurs de Jorge Jesus ont crânement joué leur chance, rendant coup pour coup à leurs adversaires. John Terry, en bon capitaine, était même contraint de suppléer Petr Cech sur sa ligne pour dégager une frappe de Cardozo (30e).

Meireles crucifie les siens

Et même l'expulsion de Maxi Pereira, coupable d'un vilain tacle sur la cheville d'Obi Mikel (40e), n'entamait pas le moral lusitanien. Cardozo (48e), stoppé par Cech, puis Aimar (49e) et Yannick (65e) montraient que Benfica avait toujours des solutions. Il faut dire que le club lisboète a pratiquement toujours marqué à l'extérieur cette saison en Ligue des champions (huit fois sur neuf avant le quart de finale retour). Mata (70e) et Kalou (75e) avaient eux aussi l'occasion de boucler l'affaire, mais leurs frappes manquaient de précision pour surprendre Artur. Et, sur un relâchement coupable de la défense sur corner, Javi Garcia, fautif sur le but de Lampard, se reprenait en trompant Cech de la tête pour l'égalisation (1-1, 85e).

De quoi faire taire Stamford Bridge et jouer avec les nerfs des Blues qui, à 11 contre 10, avaient toutes les peines du monde à contenir les velléités adverses. Loin d'être convaincants, ils obtenaient laborieusement leur qualification dans les arrêts de jeu. Raul Meireles s'en allait crucifier ses compatriotes sur un contre mené en solo conclu par une frappe puissante en pleine lucarne (2-1, 90+2). "Nous sommes soulagés d'être en demi-finale. Nous avons eu beaucoup d'occasions, mais quand on ne les met pas, on s'expose à des minutes difficiles si l'autre équipe marque", avoue Lampard. "Barcelone, c'est la meilleure équipe du monde. Le match d'il y a trois ans reste bien sûr dans toutes les mémoires, mais ce sera différent cette fois-ci. Ils seront bien sûr les favoris, mais nous croyons en nos chances".