Fernando Torres, Raul Meireles, Nicolas Anelka et Ashley Cole
Le bonheur des Blues | AFP - IAN KINGTON

Chelsea fait parler la poudre

Publié le , modifié le

Dans cette seconde soirée de Ligue des Champions comptant pour la 3e journée, pas moins de 23 buts ont été inscrits sur les 8 terrains. La palme revient à Chelsea, qui a infligé une correction aux Belges de Genk (5-0) alors que dans ce même groupe E, Leverkusen battait à domicile Valence (2-1). Barcelone et Milan AC ont fait le minimum à domicile en battant respectivement Plzen (2-0) et BATE Borisov (2-0). Match spectaculaire entre le Shakhtar et le Zenit (2-2).

La soirée pouvait faire naitre quelques gros écarts, et mêmes quelques claques. Et la première équipe à la subir rapidement, c'est celle de Genk. En milieu de tableau du championnat belge, l'équipe de Mario Been a rapidement pris l'eau à Stamford Bridge, alors qu'elle n'a plus gagné le moindre match depuis un 16e de finale de Coupe de Belgique le 21septembre dernier. Et après trois revers consécutifs toutes compétitions confondues, les joueurs d'outre-Quiévrain ont craqué dès la 8e minute face à Chelsea, sur un tir des 30m de Raul Meireles. Trois minutes après, sur une longue passe de Lampard, Fernando Torres trompait à son tour le portier, Köteles (11e), avant que le premier buteur du soir ne serve merveilleusement l'Espagnol pour une tête croisée en forme de doublé (27e). Et pour bien appuyer la tête des Belges sous l'eau, Malouda se chargeait d'expédier un coup franc rentrant sur la tête d'Ivanovic, dont le timing faisait encore une fois merveille à la 42e minute pour un (4-0) à la pause. La deuxième période était beaucoup plus calme, et il fallait attendre la 72e minute pour que Bosingwa centre pour Torres, dont la reprise à bout portant était repoussée par Köteles. Mais Kalou était là pour reprendre le ballon dans le but et inscrire ainsi le 5e but. le résultat final, et Genk devait certainement se réjouir de ne finir qu'avec un but de plus dans la besace après la deuxième période.

Le Bayer renverse la vapeur

Dans ce même groupe E, le choc indécis entre Leverkusen et Valence a balancé d'un côté à l'autre. Il est vrai que les coéquipiers de Jérémy Mathieu ont été aidés pour l'ouverture du score par une arrière-garde allemande peu inspirée et surtout maladroite. Deux joueurs se gênent, Renartz tente de tacler le ballon en touche mais il ne trouve sur le côté gauche que Soldado dont le centre trouvait Jonas, un peu seul, qui ne ratait pas l'occasion de tromper Leno (24e). Mais au retour des vestiaires, les Ibères étaient punis coup sur coup, d'abord par Schürrle dont la frappe du gauche à l'entrée de la surface trompait Alves et lui permettait d'inscrire un deuxième but en deux matches de Ligue des Champions (54e). Puis, c'est un autre pied gauche, celui de Sam, qui trouvait la lucarne opposée, après avoir été bien lancé par Ballack. Le joueur de 23 ans n'avait pas fait dans la facilité en frappant de son pied gauche alors qu'il se trouvait sur le côté droit, mais ce choix lui permettait d'enrouler magnifiquement le ballon (56e). En s'imposant (2-1) grâce à cette belle réaction, le Bayer reste à un longueur des Blues dans ce groupe E, et prend une option pour cette place qualificative que convoite également les Espagnols.

Le chef-d'oeuvre Iniesta-Messi

Dans le groupe F, même si BATE Borisov s'est fait une spécialité de créer des surprises dans cette épreuve, le voyage à San Siro, ainsi que le déplacement des Tchèques de Plzen au Camp Nou ne pouvait que se solder par une valise, et même une malle de buts. Mais il n'en a rien été, mis à part un chef-d'oeuvre technique et de bonne entente. A la 10e minute, Iniesta trouvait Messi à l'entrée de la surface, et les deux joueurs se permettaient un double une-deux pour permettre à l'Espagnol de battre Cech. La suite ne venait qu'à la 82e minute, avec Villa, qui doublait la mise après que Messi ait été arrêté dans la surface (2-0). A Milan, les Lombards ont dû attendre la 33e minute et une frappe sèche d'Ibrahimovic pour ouvrir le score (1-0e). Et c'est un véritable missile de Prince Boateng, des 20m, qui délivrait les Milanais (70e, 2-0). En s'imposant sur le même score (2-0), Milan AC et Barcelone restent au coude à coude en tête de ce groupe H. La bonne nouvelle tricolore est venue du retour à la compétition de Philippe Mexès, qui a participé aux cinq dernières minutes de la rencontres sous ses nouvelles couleurs milanaises.

Dans le groupe G, l'attention se portait bien évidemment sur le choc des "nouveaux riches" de l'Est. Entre le Shakhtar Donetsk et le Zenith St-Pétersbourg, il y a eu du spectacle. Cela a commencé dès la 10e minute, avec un penalty sifflé pour les Russes. Mais Shirokov, qui était déjà pratiquement parti pour fêter son but, voyait sa tentative arrêtée par le portier de Donetsk, Rybka. Etcinq minutes après, de l'autre côté du terrain, Willian, d'une frappe enroulée se logeant, avec l'aide du poteau, dans la lucarne opposée, ouvrait le score pour le Shaktar (1-0, 15e). A la 33e minute, Shirokov se rattrapait de son échec en dribblant, d'un contrôle de la poitrine, le gardien de Donetsk pour ensuite trouver les filets dans un angle très fermé (1-1). Mais alors que la pause s'approchait, Luiz Adriano profitait d'un tir raté d'un partenaire pour récupérer le ballon et frapper en pivot pour laisser Malafeiev sans réaction et redonner l'avantage au Shakhtar (2-1) juste avant la pause (45e+1). Le scénario complètement fou se poursuivait en deuxième période, avec un match toujours aussi alerte et l'égalisation de Fayzulin, qui profitait d'une glissade de son défenseur pour lober le gardien de but des 20m (60e, 2-2). Le score ne changeait plus, et l'équilibre de ce groupe n'était pas chamboulé par cette journée. Car dans le même temps, Porto et l'Apoël Nicosie se neutralisaient également. L'ouverture du score de Hulk, sur un coup franc frappé fort des 30m avec un rebond qui trompait le gardien chypriote (13e), était annihilé par un tir des 25m d'Ailton (19e).

Réactions

Robin Dutt (entraîneur de Leverkusen): "La première demi-heure n'était pas belle à voir. Puis nous avons pris les rênes de la partie en étant plus agressif. Nous avons montré contre une bonne équipe internationale un jeu qui devrait nous donner un nouvel élan. J'avais protégé l'équipe durant les dernières semaines et ce soir elle m'a payé en retour".
Javier Mascherano (défenseur de Barcelone): "Aujourd'hui, compte tenu de ce qu'on a vu sur le terrain, je dirais que le résultat (2-0) ne reflète pas la physionomie du match. Avec toutes les occasions que nous nous sommes créées, nous méritions de marquer davantage. Le Viktoria Plzen n'a pas même pu tirer une seule fois au but. Il y a des jours comme ça où une équipe se crée beaucoup d'occasions et en convertit peu en buts. Ce n'est pas pour autant que nous avons perdu notre confiance à l'heure de conclure les actions. Concernant la qualification, pour l'instant, nous nous préoccupons seulement d'arriver en huitièmes. Nous verrons ensuite pour la première place."