La joie de Didier Drogba
La joie de Didier Drogba | GIUSEPPE CACACE / AFP

Chelsea éteint le volcan napolitain

Publié le , modifié le

Chelsea a battu Naples 4 à 1 après prolongation et se hisse en quart. Mené 3-1 après le match aller, Chelsea a été qualifié quelques minutes en menant 2 à 0 grâce à des buts de Drogba (29e) et de Terry (47e). Mais les Napolitains sont revenus au score grâce à un bijou de reprise de volée d'Inler (55e). A leur tour qualifiés, les Napolitains ont résisté avant le pénalty de Lampard (75e) pour une main italienne. Ivanovic a marqué le but de la victoire (109e)

"On revient de loin" a conclu Drogba à la fin de la rencontre. Avec 23% de chance de se qualifier après avoir perdu 3-1 à l'aller, la mission de Chelsea était désespérée avant même le coup d'envoi. En plus, jamais dans le passé une équipe de Chelsea n'a remonté un débours de deux buts en Ligue des Champions. Libérés de l'emprise du technicien portugais Villas-Boas, les vieux grognards --Terry, Lampard et Drogba-- de Chelsea relancés par Di Matteo ont retrouvé les commandes du jeu pour réaliser un nouvel exploit.

Les vieux répondent présent

Bien vu de la part du nouveau coach. Sur un centre de Ramires côté gauche, l'inusable Drogba a devancé Aronica pour ouvrir la marque d'une tête plongeante (29e, 1-0). Un 32e but en Coupe d'Europe capital pour faire la moitié du chemin en vue de la qualification et redonner confiance à son équipe. "Dès le début on a compris que ça allait être dur. On a  bien commencé, on a raté des occasions, puis on a perdu notre meilleur homme  (Maggio, blessé)", a commenté le coach de Naples Mazzarri. Excepté une frappe de Sturridge détournée en corner par le portier italien De Sanctis (5e), le club anglais a subi les assauts napolitains. Lavezzi (10e et 14e), Cavani (13e) ont eu la balle du 1-0 dans les pieds.

John Terry (défenseur et capitaine de Chelsea): "Nous avons montré que nous étions une équipe et que nous savions resserrer  les rangs quand il le faut vraiment. Nous avons montré de quoi est fait  Chelsea."

Relancés par le but de son attaquant vedette en partance pour la Chine à la fin de la saison, les Blues ont pris le match à leur compte avec une première tête de Sturridge non cadrée (33e) puis une frappe d'Essien, toujours non-cadrée (38e) et un centre à ras de terre de Luiz sauvé in extremis par Cannavaro (45e). Dès le retour des vestiaires, sur un corner venant de ma droite, Terry a trouvé la faille d'une tête décroisée (47e, 2-0). Décrié pour ses insultes racistes et une baisse de régime, le capitaine des Blues a exulté de joie et le stade avec lui.

Ivanovic et Drogba décisifs

Au lieu d'être assommé, Naples s'est vite ressaisi. Et quelques minutes après le deuxième but anglais, Inler a redonné espoir à ses 3000 supporters bouillants après un geste technique exceptionnel: un contrôle de la poitrine suivi une reprise de volée de 20 mètres en pleine course (2-1, 55e). Eliminé à ce moment-là, Chelsea est reparti à l'attaque. Un tir vicieux d'Ivanovic (64e) et une demi-volée splendide de Drogba (66e) sont repoussées du bout des doigts par De Sanctis. Sur une nouvelle tête d'Ivanovic, Dossena a détourné la balle de la main. Un pénalty indiscutable et indiscuté transformé en force par Lampard (75e, 3-1). Egalité parfaite (4-4) après les deux rencontres. Tout à refaire.

Frank Lampard (milieu de terrain de Chelsea): "Ivanovic a été fantastique.  Il a été le symbole de notre détermination."

Le mano a mano est entré dans une autre dimension lors des dernières minutes, chaque équipe cherchant le but de la qualification. Une frappe lourde de Gargano juste au-dessus des buts (89e) côté napolitain, une frappe dans le petit filet (99e) et une tête non-cadrée (101e) aussi de Torres côté londonien. Plus présents dans les duels à la fin du premier quart d'heure, les Anglais ont poussé et la latéral Ivanovic présent dans tous les bons coups a catapulté dans les buts un centre en retrait de Drogba (105e, 4-1). La suite a été moins rythmée entre deux formations exténuées par le scenario de la partie. Chelsea tient plus qu'un quart. "Nous avons  écrit l'histoire" a conclu Di Matteo.

Mathieu Baratas