Daniel Leclercq, l'emblématique entraîneur du RC Lens, est décédé
Daniel Leclercq, l'emblématique entraîneur du RC Lens, est décédé | ERIC BRETAGNON / DPPI Media / DPPI

L'emblématique entraîneur du RC Lens Daniel Leclercq est décédé

Publié le , modifié le

Il était le seul entraîneur à avoir porté le Racing Club de Lens au titre de champion de France. Daniel Leclercq est décédé, a annoncé le club nordiste. Le technicien surnommé "Le druide" a succombé d'une embolie pulmonaire. Leclercq était le technicien lors du sacre lensois en 1998 et lors de la victoire des Sang-et-Or en Coupe de la Ligue la saison suivante. Homme du Nord, il avait également emmené Valenciennes du National à la Ligue 2.

Une légende du RC Lens est partie. Daniel Leclercq, un des plus grands entraîneurs de l’histoire du club nordiste, est décédé à l'âge de 70 ans, des suites d'une embolie pulmonaire. L’annonce a été faite par la Voix du Nord dans la matinée de vendredi, avant d’être confirmée par les Sang-et-Or sur les réseaux sociaux. Leclercq avait porté la formation de l’Artois au seul titre de champion de France de son histoire en 1998 et au sacre en Coupe de la Ligue 1999. S’il n’a passé qu’un peu plus de deux ans sur le banc lensois, son héritage et son attachement profond au Nord en avait fait un des grands personnages du Racing.

Son aventure à Felix Bollaert, Leclercq l’avait débuté en tant que joueur. Le défenseur aura passé neuf saisons à Lens, étant notamment finaliste de la Coupe de France en 1975. Joueur émérite après des années de formation à Valenciennes – son autre club de cœur -, c’est pourtant à l’autre bout de la France, à l’Olympique de Marseille, qu’il décrocha un premier titre hexagonal en 1971. Une rare infidélité à sa région, celle qui l’a vu naître dans la banlieue valenciennoise, et devenir une des figures marquantes du football là-bas.

L'homme du Nord

Retraité comme joueur en 1984, il ne reste jamais éloigné des terrains et écumera les bancs de touche du coin : Bauvin, Bavay, Guesnain, Billy-Berclau, avant de retrouver le Racing Club de Lens pour en intégrer l’encadrement en 1992. Lens, c’est son jardin, là où son surnom de "Druide" a pris tout son sens.

Promu coach en 1997 d’une équipe en pleine progression, Leclercq la transforme en un champion. Avec une formation à l’empreinte fortement lensoise, le technicien chamboule le football français et emmène le Racing sur le toit de la première division dès sa première saison en 1998. Les Warmuz, Vairelles, Wallemme, Lachor, Sikora et autres Debève crèvent l’écran avec des renforts comme Marc-Vivien Foé, Vladimir Smicer ou Anto Drobnjak. Le titre de champion de France est assuré au terme d’un scénario fou et d’un match nul arraché à Auxerre pour terminer en tête au point-average devant Metz. Leclercq parvient également à hisser sa troupe en finale de la Coupe de France, puis à remporter la Coupe de la Ligue en 1998-1999. La dernière de l’homme aux cheveux blonds comme entraîneur lensois.

Après plusieurs expériences comme technicien, notamment un nouveau passage à Valenciennes (2003-2005) qu’il ramènera du National à la Ligue 2, Leclercq avait signé un dernier bail au club artois (2008-2011), comme directeur technique en soutien de Jean-Pierre Papin alors sur le banc. Mais l’entente ne prend pas, et Lens navigue entre le bas de tableau de Ligue 1 et la L2. Leclercq quitte une ultime fois le club quelques mois avant que son grand ami Gervais Martel ne vende ses parts et quitte la présidence. "Joueur, entraîneur et figure emblématique du club, Daniel Leclercq restera à jamais dans nos mémoires, a réagi le RCL sur son site. C'est toute la famille sang-et-or qui témoigne de son soutien à ses proches."

Depuis, Leclercq s’était fait discret, restant très impliqué dans le football amateur, à Arleux-Fechain et Douai, avant de s’installer en Martinique. Son décès laisse toute une terre de ballon rond en deuil.