Jonathan Pitroipa (Burkina Faso) dégage sous la menace de Joseph Yobo (Nigeria)
Jonathan Pitroipa (Burkina Faso) dégage sous la menace de Joseph Yobo (Nigeria) | FRANCISCO LEONG / AFP

L'Ethiopie tient la Zambie en respect

Publié le , modifié le

Dans les arrêts de jeu, le Burkina Faso a arraché le match nul face au Nigeria (1-1), lundi au Mbombela Stadium. Les SuperEagles ont terminé à 10 avant de plier face au Lorientais Alain Traoré, entré en fin de match. Comme dans le groupe A, les quatre équipes se partagent la première place du groupe C. Car dans l'autre match, la Zambie, tenante du titre, a été tenue en échec par l'Ethiopie (1-1).

Il aura manqué quatre secondes au Nigeria pour signer son retour sur la scène continentale par une victoire. Le temps que Pitroipa déborde côté droit et rate son centre en retrait pour mieux servir involontairement Alain Traoré face au but. Du gauche, le Lorientais égalisait pour permettre au Burkina Faso d'exulter (1-1), lundi au Mbombela Stadium de Nelspruit (Afrique du Sud). Et dire que Traoré était quasiment forfait avant le match, touché à la cheville. Grâce à son entrée en jeu salvatrice (65e), Traoré a redonné du rythme aux Etalons, bien aidé par un Pitroipa aussi remuant sur les pelouses africaines qu'avec Rennes.

La vivacité du Rennais a d'ailleurs causé bien des problèmes aux SuperEagles et notamment à Efe Ambrose, expulsé à la 74e minute pour un second avertissement après une nouvelle faute sur Pitroipa. Réduits à dix, les Nigeriens géraient mal leur avantage au score depuis le but d'Emenike (23e) tandis que le Burkina Faso se mettait à y croire. Nerveux, les hommes de Stephen Keshi multipliaient les fautes techniques. Oki Mikel manquait la balle du KO sur une frappe facile (88e). Traoré n'en demandait pas autant et permettait au Burkina Faso d'inscrire son premier point dans la compétition, un an après être reparti de la CAN sans le moindre résultat.

L'Ethiopie tient la Zambie en respect

Les Chipolopolos ont eu beaucoup de réussite dans le premier acte. Passé le premier quart d'heure, assez insipide, l'Ethiopie accélérait et plantait une première banderille. Saladin Said profitait d'une erreur de défense zambienne pour lober Mweene. Malheureusement pour lui, le ballon rebondissait pour passer au dessus de la barre transversale (17e). Les hommes d'Hervé Renard réagissaient immédiatement sur une tête non cadrée de Katongo.

Après 25 minutes de jeu, le remuant Saladin obtenait un penalty: sur un contre rondement mené, l'attaquant était crocheté irrégulièrement dans la surface adverse. Il voulait se faire justice lui-même mais l'excellent Mweene repoussait sa tentative des deux poings, préservant sa cage inviolée. A dix minutes de la pause, l'arbitre sortait le carton rouge (mérité) pour une charge illicite et spectaculaire du gardien éthiopien Jemal Tassew sur Chisamba Lungu, bien lancé dans le dos de la défense jaune. Malgré la blessure du bien nommé Jemal qui était évacué sur une civière (simulation ou pas, impossible de vraiment deviner), Monsieur Eric Otogo-Castane n'avait pas hésité sur la sanction, à juste titre.

Profitant de cet avantage numérique, les Zambiens mettaient tout de suite la pression sur l'arrière garde éthiopienne. Ils parvenaient à leurs fins. Collins Mbesuma ouvrait la marque dans les arrêts de jeu sur une belle action collective ponctué par une percée magnifique au cœur de la surface et un tir du gauche précis (1-0). Enervés par la déveine de leurs protégés et excédés par la joie des joueurs zambiens, les supporters des Antilopes "se distinguaient" en jetant quelques projectiles. Les deux formations regagnaient les vestiaires sur ce score favorable au tenant du titre.

Adane libère les supporters éthiopiens

D'entrée de seconde période, l'Ethiopie tentait de revenir au score, mais Getaneh Kebede tirait largement à côté du but de Mweene (50e). La Zambie ne campait pas derrière et Katongo s'essayait à la frappe de loin, sans danger pour les Jaunes (56e). Trois minutes plus tard, il tentait de nouveau sa chance, toujours au dessus. A la 65e, sur une splendide remise de Addis Hintsa, Adane Girma -l'homme du match- égalisait d'un superbe tir du droit qui touchait le poteau avant de faire trembler les filets adverses. Les nombreux supporters éthiopiens manifestaient bruyamment leur joie.

Trop attentistes, les Zambiens n'évoluaient pas à leur meilleur niveau. Seule une tête de Jacob Mulenga venait réveiller leurs fans, beaucoup moins nombreux que les Ethiopiens dans ce beau stade Mbombela de Nelspruit. Malgré quelques tentatives désespérées dans le "money time", la Zambie n'a pas réussi à déborder cette valeureuse équipe éthiopienne qui reste en course pour la qualification.

Au classement du groupe C, les quatre équipes se partagent donc la première place.

Réactions

Hervé Renard  (sélectionneur de la Zambie) : "Je veux d'abord féliciter l'Ethiopie pour sa  très belle performance. Je ne suis pas surpris, j'avais dit qu'il fallait être  prudent car ils sont capables de très bien jouer au football. Aujourd'hui, nous  pouvons remercier notre gardien. Sans Kennedy Mweene, nous aurions pu faire un  très mauvais résultat. Nos supporteurs attendent davantage de nous et ils ont  raison. Aujoud'hui, la faute revient à l'entraîneur, je n'ai pas réussi à  préparer l'équipe à l'entrée dans la compétition. Nous verrons où nous en  serons après le 3e match. J'ai vu l'action sur l'écran et pour moi, l'exclusion  du gardien éthiopien était justifiée".
   
Sewnet Bishaw (sélectionneur de l'Ethiopie): "Je suis content car nous  avons réussi à faire match nul malgré le penalty raté. C'est notre première  participation après 31 ans, c'est donc fantastique pour notre football. Les  joueurs ont fait preuve de caractère et ont montré au reste du monde qu'ils  savaient jouer au football. Le gardien doit défendre, il jouait le ballon et  n'aurait donc pas dû recevoir un carton rouge."