Des milliers de fans ivoiriens à Abidjan
Des centaines de milliers de supporters ivoiriens ont défilé dans les rues d'Abidjan lundi 9 février en Côte d'Ivoire pour fêter la victoire de leur pays dans la CAN 2015. | SIA KAMBOU / AFP

Les Ivoiriens accueillis par une foule en liesse

Publié le , modifié le

L'équipe de Côte d'Ivoire, victorieuse de la Coupe d'Afrique des Nations face au Ghana la veille aux tirs au but, est arrivée lundi à Abidjan, où une foule énorme de près d'un million de personne vêtues d'orange, s'était rassemblée pour l'accueillir triomphalement. Le bus des Elephants qui les conduit de l'aéroport au stade, où ont déjà pris place 35.000 privilégiés, avance au pas. Les joueurs viendront y saluer leur public dans la soirée.

Alassane Ouattara, le président ivoirien, très souriant pour l'occasion, a accueilli au pied de leur avion les champions, qui se sont brièvement adonnés à un premier bain de foule avant d'embarquer pour le stade. Partout, sur les ponts, les balcons, dans toutes les avenues, la foule avait répondu à l'appel du football, dans un pays fou de ballon rond. Le héros de la finale, le gardien Copa Barry, auteur d'une prestation  exceptionnelle durant la séance de tirs aux buts face au Ghana (0-0, 9 t.a.b. à  8) a reçu une ovation toute particulière. Ses coéquipiers semblaient tout aussi impressionnés.

Kalou : "Un pays qui aime le football"

"Quand on a survolé la ville, on a vu cette foule impressionnante. C'est  très émouvant", s'est réjoui l'attaquant Wilfried Bony. "On voit que la Côte d'Ivoire est un pays qui aime le football", a souri l'attaquant Salomon Kalou, visiblement ravi. Le capitaine Yaya Touré s'est offert un tour d'honneur sur le toit d'une  voiture aux côtés du président Ouattara pour montrer le trophée à un stade en  ébullition. Derrière eux, les nouveaux champions d'Afrique savouraient  l'ambiance, juchés sur un char.  Des cohortes de supporteurs, marchaient sur le boulevard lagunaire, sorte d'autoroute urbaine desservant entre autres le Plateau, le quartier administratif et d'affaires, où se trouve le stade. 

Dans un pays qui sort d'une décennie de crise politico-militaire, dont les violences post-électorales de 2010-2011, qui ont fait plus de 3.000 morts, ont constitué l'épilogue, les Éléphants bombardés instrument d'unité nationale alors que leur pays était coupé en deux de 2002 à 2011, ont longtemps failli à remplir leur mission. Jusqu'à ce dimanche de rêve qui a redonné pour un temps de la fierté aux Ivoiriens et ressoudé l'union nationale. Les joueurs seront d'ailleurs reçus officiellement par les autorités du pays mardi pour une cérémonie de décoration.

Christian Grégoire