ghana
Le défenseur ghanéen Daniel Amartey. | AFP PHOTO / CARL DE SOUZA

Le Sénégal envoie le favori ghanéen au tapis

Publié le , modifié le

Menés au score dès la 14e sur un pénalty transformé par Ayew, les Lions de la Téranga, qui ont affiché un visage très séduisant en seconde période, l'ont finalement emporté grâce à Sow dans les dernières secondes du temps additionnel (2-1). Favoris de la CAN 2015, les Ghanéens ratent leur entrée dans la compétition.

Dieu sait qu'ils partaient de loin. Décevants sur la scène africaine depuis plus d'une décennie, les Sénégalais, qui n'ont jamais remporté la CAN, étaient loin d'aborder cette rencontre en position de favori. En face, le Ghana, désormais dirigé par Avram Grant, et fort d'un parcours honorable au Mondial brésilien de l'été dernier, possède certainement l'un des groupes les plus talentueux de la compétition. Sauf que parfois, cela ne suffit pas. 

La première banderille est plantée par le vivace Mame Biram Diouf qui, dès la 6e minute, grille la politesse à deux défenseurs ghanéens, avant de se présenter seul face à Braimah. L’attaquant de Stoke City, idéalement lancé par Djilobodji, manque finalement son contrôle et une occasion précoce d’ouvrir la marque. Les Black Stars, eux, ne la louperont pas. A la 13e minute, Christian Atsu, s’incruste en trombes dans la surface sénégalaise, et est fauché par Coundoul, le portier des Lions de Téranga. En bon leader, André Ayew s’empare du ballon, l’installe sur le point de pénalty, et le cale dans la niche de Coundoul. Son frère, Jordan, est lui aussi dans un bon jour. Quelques minutes plus tard, le joueur formé à l’OM prend ses cannes à son cou, mystifie trois joueurs dans l’axe, avant de lancer Atsu dans la profondeur. L’ancien de Chelsea tente d’enrouler sa frappe du gauche, mais celle-ci frôle avec le poteau sénégalais.

Puis, c’est au tour de Diouf de se mettre en évidence. Auteur de 5 buts avec Stoke City depuis le début de la saison, celui qui est passé par Manchester United en 2009/2010 profite d’un bon service de N’Doye dans la surface ghanéenne pour claquer une merveille de retourné acrobatique, lequel est finalement détourné du bout des gants par Braimah (33e).

Des sénégalais métamorphosés 

Dès le retour des vestiaires, les Lions de la Téranga changent leur fusil d'épaule. Fini les longs ballons et les contres lancés à l'emporte pièce, la sélection d'Alain Giresse procède désormais par attaques placées. C'est une tactique qui paie : à la 58e, Diouf est à la réception d'un centre venu de la gauche dans la surface des Black Stars, mais sa tête s'écrase sur le poteau de Braimah. Fort heureusement, le cuir lui revient entre les pattes, et finit sa course dans les filets du portier ghanéen. 

Les Sénégalais continuent à pousser. Ils ont tellement à prouver, eux qui déçoivent leurs supporters depuis près de 13 ans, et leur parcours plus qu'honorable au Mondial 2002. Moussa Sow saisit l'enjeu, et profite à la 90e minute, d'un service de l'omniprésent Diouf dans la surface ghanéenne. L'ancien Lillois trompe Braimah d'une frappe du droit, et donne de l'espoir à un peuple qui en manquait cruellement. 

Jean Charbon

CAN