Tirage au sort
Le tirage au sort | PASCAL GUYOT / AFP

Le Mali et la Guinée face au hasard du tirage au sort

Publié le , modifié le

Dans une compétition sportive, le vainqueur l'emporte souvent grâce à ses qualités physiques et tactiques. Le tirage au sort est injuste, car il sacrifie à chaque fois une équipe qui aurait mérité de passer au niveau suivant. Le Mali et la Guinée en font actuellement l'amère expérience, puisque seul l'un d'entre eux se qualifiera pour les quarts de finales. Ce n'est pas la première fois que cela arrive dans le monde du football.

Mali-Guinée, poules de la CAN (2015)​

Encore aujourd’hui, en 2015, le tirage au sort est utilisé en ultime recours. Il n’avait plus été utilisé en Coupe d’Afrique des Nations depuis 1988 et 1972. Le Mali et la Guinée détiennent exactement le même nombre de points à l’issue de la fin de la phase de poules. La Confédération Africaine de Football a donc décidé de procéder à un tirage au sort pour déterminer lequel des deux terminera à la seconde place, et donc aux quarts de finale. Henri Kasperczak, sélectionneur du Mali, n’a pas d’autre choix que de s’y plier : "On va trembler avant le tirage, les Guinéens certainement aussi. Il faudra trouver une formule plus sportive". Son homologue guinéen, Michel Dussuyer, est du même avis : "Personne ne mérite d'être éliminé. Le Mali n'a pas perdu un match, il a très bien joué, il ne mérite pas d'être éliminé comme ça, tout comme nous." Le tirage au sort est programmé à 16 heures ce jeudi.

Lyon-Angoulême, ½ finale de la Coupe de France (1967)​

1967 : Angoulême, alors en D2, rencontre Lyon en demi-finale de la Coupe de France. Les trois rencontres prévues se soldent toutes par un match nul (3-3, 1-1 et encore 1-1). Les prolongations et penalties n’existent pas encore, et c’est bien à… pile ou face que l’arbitre M.Vigliani doit déterminer qui ira en finale ou non. A l’issue de la troisième et dernière rencontre, les deux équipes rentrent aux vestiaires, et c’est là que l’arbitre a tiré au sort l’avenir en Coupe des deux formations. La chance est avec les Lyonnais, qui se qualifient pour une finale qu’ils remporteront par la suite.

Italie-URSS, ½ finale de l’Euro (1968)

Pour cette troisième édition du championnat d’Europe, ni les tirs au but, ni le but en or n’existaient. L’Italie, qui est le pays organisateur, affronte l’URSS en demi-finales. Les deux équipes se quittent sur un 0-0 ; un tirage au sort est donc décidé. Les Italiens l’emportent et se qualifient donc pour la finale. Une finale qui sera pour la première (et dernière) fois de l’histoire de l’Euro rejouée : en effet, la Yougoslavie et l’Italie n’ont pas réussi à se départager à l’issue du premier match, et les autorités ne souhaitent pas avoir un vainqueur issu d’un hasard impitoyable. La finale est donc rejouée, sacrant ainsi les Italiens après une victoire 2-0.

Pays-Bas-Irlande, poules de la Coupe du Monde (1990)

Nous sommes en 1990, la république d’Irlande parvient à se qualifier pour la troisième fois de son histoire pour la Coupe du monde. Une compétition qui les verra atterrir en quart de finale sans avoir remporté un seul match. Mais les hommes de Jacky Charlton doivent aussi cette réussite à la chance, qui a été de leur côté. Les Irlandais sont en effet dans le même groupe de poule que l’Angleterre, les Pays-Bas, et l’Egypte. La surprise est au rendez-vous puisque à l’issue des deux premières journées, les quatre clubs sont à égalité parfaite : deux points, un but marqué, un but de pris !
Lors de la dernière journée, les Anglais battent l’Egypte et terminent donc premiers du groupe. Mais Irlandais et Hollandais se quittent à nouveau sur un match nul ; un tirage au sort est organisé pour déterminer les 2e et 3e places du groupe. L’Irlande l’emporte, rencontre la Roumanie (qu’ils élimineront aux tirs au but), alors que les Pays-Bas se qualifient tout de même pour les 8e, mais affrontent le futur vainqueur de la compétition, la RFA.

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou

CAN