arbitre Guinée Equatoriale Ghana
L'arbitre de la demi-finale Guinée Equatoriale-Ghana au centre des contestations | MOHAMED HOSSAM / ANADOLU AGENCY

Le Ghana en finale aux dépens de la Guinée Equatoriale après un match marqué par des incidents

Publié le , modifié le

Le Ghana s'est qualifié pour la finale de la CAN 2015 en battant la Guinée Equatoriale 3 à 0 dans un match marqué par des incidents impliquant des supporters à Malabo.

La rencontre a totalement dégénéré après la sortie imprévue des fans du  Ghana de leur tribune à dix minutes du coup de sifflet final pour éviter des  affrontements avec les supporteurs locaux. Massés derrière l'un des buts tout  en étant protégés des jets de bouteilles par les forces de l'ordre, ils ont  alors contraint l'arbitre gabonais Eric Otogo à interrompre la partie. La police, aidée d'un hélicoptère de la gendarmerie, a alors chargé et  évacué une large partie du stade, usant notamment de gaz lacrymogènes. Il a  fallu plus de 30 minutes avant qu'un calme assez précaire revienne, permettant  de replacer les Ghanéens dans une tribune opposée, à l'abri des représailles  des fans locaux, extrêmement remontés. Le match a ensuite repris pour seulement deux petites minutes, scellant la  qualification du Ghana au terme d'une soirée qui ternit pour de bon l'image de  cette Coupe d'Afrique.

Le penalty de la discorde

La tension avait déjà été à son comble dès la mi-temps et l'arbitre et les  joueurs ghanéens avaient dû être escortés par les forces de l'ordre à leur  sortie du terrain pour éviter les projectiles lancés par le public. Les supporteurs du Nzalang Nacional, particulièrement bouillants dès le  coup d'envoi, n'ont en effet pas digéré le penalty sifflé par le directeur de  jeu à la 41e minute en faveur de Black Stars et transformé par Jordan Ayew. Le deuxième but inscrit juste avant la pause par Wakasu Mubarak (45e+2) n'a  fait qu'envenimer la situation et alourdir un peu plus l'atmosphère, les fans  du pays-hôte criant "arbitre dehors" en déversant sur la pelouse tout ce qu'ils  avaient sous la main.

Le retour des vestiaires n'a pas calmé le public malgré les appels du  speaker et ses menaces d'interruption du match. La rencontre a ensuite repris  mais la tension est restée extrême jusqu'au bout dans les gradins et sur la  pelouse où les coups n'ont cessé de pleuvoir entre les joueurs, avec en fond  sonore le bruit des sirènes de police et d'ambulances et le bourdonnement  incessant d'un hélicoptère des forces de sécurité au-dessus du stade. Jusqu'à  cette sortie inopinée des fans ghanéens qui a rendu la situation totalement ingérable. Cinq jours après la qualification controversée de la Guinée Equatoriale  contre la Tunisie (2-1, a.p.) marquée par une grossière erreur d'arbitrage qui  a valu une suspension de six mois au Mauricien Seechurn Rajindrapasard de la  part de la Confédération africaine de football, ce match n'a pas été la  meilleure des publicités pour l'organisateur ni pour la CAN.

Contexte tendu 

Il faudra voir quelle sera l'attitude de la CAF vis-à-vis d'un pays qui l'a  sorti d'une très mauvaise passe en prenant mi-novembre le relais du Maroc après  sa défection pour cause de virus Ebola. La configuration du minuscule stade de Malabo, d'une capacité d'à peine  15.000 places, ne se prêtait sans doute pas à l'organisation d'une rencontre du  pays-hôte, surtout dans un tel contexte avec une pression énorme sur l'arbitre. La CAF avait déjà décidé de délocaliser à Bata, qui possède une enceinte de  30.000 sièges, le quart de finale de la Guinée Equatoriale, initialement prévu  à Ebebiyin. Mais elle avait refusé de répéter la même opération pour les  demi-finales pour ne pas être accusée de favoriser le pays organisateur.

La Guinée Equatoriale aura encore une autre partie à disputer dans sa  capitale, samedi face à la RD Congo, pour le gain de la troisième place. Mais  sa sortie du tournoi a écorné pour de bon l'image d'une compétition qui avait  déjà connu un épisode rocambolesque avec un tirage au sort organisé à la hâte  et dans une totale improvisation pour départager la Guinée et le Mali au  premier tour. Le Ghana, qui a ajouté un troisième but par Andre Ayew (76e), a lui gagné  le droit de défier en finale la Côte d'Ivoire, dimanche à Bata, et va tenter  d'ajouter une cinquième couronne à son prestigieux palmarès, 33 ans après la  dernière. Mais il se souviendra longtemps de cette soirée mouvementée.

Le sélectionneur de la Guinée Equatoriale exprime sa tristesse

"En ce qui concerne ce qui s'est passé avec les supporteurs, je suis vraiment triste", a expliqué le technicien argentin Esteban Becker. L'attaquant Emilio Nsue a de son côté déclaré "être désolé au nom de toute l'équipe". "Je n'avais jamais joué dans ce genre d'ambiance", a-t-il ajouté. Interrogé sur le même sujet, le sélectionneur du Ghana, Avram Grant, a affirmé qu'il "était préoccupé par la sécurité de ses joueurs sans savoir réellement ce qui se passait." "Je suis resté concentré sur le terrain", s'est-il contenté d'ajouter.

AFP

CAN